Les Divis - Brian Catling

Les Divis est le troisième et dernier tome du cycle de Vorrh . Il paraît en français dans une traduction de Nathalie Mège, toujours chez Outrefleuve. Tome 3 donc review forcément courte car tu sais ou devrais savoir, lecteur, de quoi il retourne lorsqu'on prononce, non sans frémir, le nom oublié et terrifiant de Vorrh. Brian Catling (récemment décédé hélas) y lie les fils de l'intrigue complexe qu'il avait tissés dans les deux volumes précédents. D'Ismael (étonnant, non ?)  à Modesta en passant par le professeur Schumann, Cyrena Lohr, Sidrus, ou l'incroyable Undeswilliams, tous sont là pour de dernières scènes qui, parfois, sont faites de flashbacks. Et n'oublions pas pour ce grand final, même si Dieu semble l'avoir fait, ces Ancêtres qui, après avoir failli, se sont endormis ou éparpillés à la surface de la Terre. N'oublions pas non plus que la Création dont nous faisons partie est menacée (par Dieu lui-même – spécial dédicace à Marguerite Imbert car

Ite missa est




Un livre très intelligent qui est en même temps très agréable à lire. Paul Veyne décrit avec force détails ce 4ème siècle qui a vu l'empire romain basculer vers le christianisme. Il nous explique que Constantin est un converti sincèrement croyant qui pense qu'il a pour mission de sauver le monde en le tournant vers le christianisme. Il montre que le christianisme séduit ce grand homme parce que c'est la religion la plus innovante de son temps, une forme d'avant-garde, de l'art contemporain sous forme religieuse. Enfin il explique comment Constantin ne va jamais chercher à convertir les païens (ni de gré ni de force) mais va se contenter d'aider l'Eglise à se développer dans l'empire avec des résultats à long terme (il fait ici une distinction éclairante et féconde entre la religion officielle et la pratique quotidienne de la majorité de la population, la religion de l'habitus).
Le style est drôle et plaisant, pour tout dire peu académique, et les comparaisons Constantin / Lénine, à priori incongrues, sont extrèmement efficaces.
Quand notre monde est devenu chrétien, Paul Veyne

Commentaires