La Marche funèbre des marionnettes - Adam-Troy Castro

Dans le troisième tome des aventures d’Andrea Cort, intitulé La Guerre des marionnettes , on découvrait, ébahi, le Ballet des Vhlans. On assistait à cet événement annuel, entre rite et art, au cours duquel des dizaines de milliers des sentients mais cryptiques Vhlans dansaient une danse extraordinairement complexe à l’aide de leurs corps munis de dix fouets surpuissants, une danse qui, effet des coups de fouets mutuellement portés ou explosions cardiaques de fatigue, se terminait par leur mort en masse sous les regards stupéfiés des délégations étrangères. Sans explication. Sans rime ni raison pour toute autre espèce qu’eux-mêmes. On y apprenait aussi que, des années auparavant, une humaine nommée Isadora (Duncan ?) , au corps modifié dans ce bût, avait dansé avec les Vhlans. Elle était devenue légendaire dans tous l’espace sentient. Adam-Troy Castro raconte aujourd’hui son histoire dans une novella intitulée La Marche funèbre des marionnettes publiée dans la collection UHL au Bélial

Autour d'Eylau




Une BD. Je n'en mettrai pas souvent. Il y a tellement de subjectivité dans l'appréciation d'un style graphique.
L'auteur situe son action autour de la bataille d'Eylau (1807), mais ne raconte pas la bataille, qui est expédiée en une grande planche. Elle raconte la vie d'un régiment de chasseur à cheval durant cette période. Une vie faite de petites et grandes misères, de pertes et de folie. Cette narration au ras des évènements est inspirée par des journaux de soldats. On peut penser aux récits écrits par des acteurs de la Grande Guerre. On peut penser aux BD de Tardi. On peut penser à Henri Barbusse. Tout amateur d'histoire peut lire avec profit cette BD qui aura des suites, une par année après 1807.
A noter dans la 1ère édition, un cahier historique à la fin de l'album.
Souvenirs de la Grande Armée (1807), Dufranne, Alexander, Fernandez

Commentaires