mardi 26 décembre 2017

En l'an 2017 - Rétrofutur soviétique


"En l'an 2017". Nous y sommes, encore pour quelques jours. Et ce n'est guère reluisant.
En l'an 1960, il y a 57 ans, des auteurs soviétiques imaginaient ce que serait l'année que nous venons de traverser. Le choc est rude, et pas à notre avantage.

1960. Une période de détente et d'optimisme en URSS, entre la fin de la terreur stalinienne et le début de la stagnation brejnévienne. La peur nucléaire est là, mais la crise des missiles ne s'est pas encore produite. L'URSS est en majesté, elle influence la moitié du monde, tous les espoirs sont permis ; l'impérialisme (même le mot est devenu désuet) sera peut-être prochainement vaincu.

"En l'an 2017" est un Diafilm qu'on projetait dans les années 60 dans les écoles soviétiques (ou qu'on regardait en famille si on possédait un filmoscope).


Trois parties dans ce Diafilm (qui est une succession de vignettes illustrées et commentées).

D'abord, on voit Igor, un écolier soviétique de 2017 qui visualise, par un artifice de science-fiction (YES !), la transformation du monde de 1960 qu'il n'a pas connu en celui de 2017 dans lequel il vit. Il y voit « comment les Soviétiques transforment la nature pour apporter la paix et le bonheur sur Terre ». Il découvre les barrages gigantesques mis en place pour réguler le climat, le terrassement nucléaire (véridique aussi incroyable que ça puisse paraître), les ponts géants, les trains atomiques, la géothermie, l'exploration spatiale lointaine, etc.
Puis Igor, en 2017, part visiter la station Charbonville (!), ses foreuses ultra-modernes et sa station volante expérimentale de contrôle de la météo.
Enfin, patatras, un drame manque se produire. Les derniers impérialistes du monde, retranchés sur un atoll du Pacifique, tentent de détruire tout ce bonheur à l'aide d'une bombe expérimentale qui les détruit tous en explosant. Bien fait pour eux ! Mais l'énorme explosion a déclenché une tempête colossale qui risque de causer des milliers de morts. Heureusement, le père d'Igor et quelques autres, au péril de leur vie, manœuvrent la station expérimentale et calment la tempête. Les personnes menacées, dont la mère d'Igor, sont sauvées, et le centenaire de la Révolution d'octobre peut être célébré.

Une nature maîtrisée, des impérialistes anéantis par leur propre malveillance, l'URSS du Diafilm a réalisé le rêve prométhéen de mise de la nature au service de l'Homme et le rêve marxien d'une société mondiale sans classe enfin devenu réalité. On ne fera pas ici le bilan de ce qui fut bien ou mal prévu dans cet exercice de prospective éducative qui devait autant à la réflexion qu'au wishful thinking.

Mais, lu d'ici, on est impressionné par l’optimisme de l'époque (qu'on trouvait aussi de l'autre côté du rideau de fer d’ailleurs), la foi en la science, l'amour de la science-fiction comme projet artistique d’imagination des merveilles de la science à venir (et donc loin de la dominance dystopique contemporaine). On se dit que – guerre froide ou pas – il devait être bien agréable de vivre dans cette époque où tous les espoirs étaient encore permis. Enfin, même si on a passé l'âge de ressentir l'excitation outragée des petits écoliers soviétiques face à la convulsion finale de l’impérialisme, on retrouve avec plaisir une époque où le personnage toujours mis en avant était le héros suscitant l'admiration et pas encore la victime suscitant la compassion.

Cette chronique pourrait se résumer à quatre grands mercis. Merci au studio Diafilm qui a réalisé ce « diaporama » qu'on projetait sur un mur à l'aide d'un filmoscope. Merci à Sergueï Pozdniakov qui a sauvé ce trésor familial et l'a empêché de tomber dans l'oubli, pour nous le transmettre. Merci à Viktoryia Lajoye qui a traduit le texte. Merci, enfin, aux Editions Books qui ont pris la décision de publier cet objet aussi surprenant dans la forme que dans le fond.

En l'an 2017, trad. Viktoriya Lajoye

Aucun commentaire: