mardi 11 avril 2017

Boudicca - JL Del Socorro - Reine de colère


Sur Boadicée, le personnage historique, on ne sait pas grand chose. Quelques mots de Tacite et de Dion Cassus. Guère plus.

Voici ce qu'on sait. Boadicée (Boudicca), fut reine des Icéni, un peuple celte du Nord-est de l'Angleterre actuelle. Elle vécut durant le premier siècle de notre ère. Veuve du roi Prasutagos qui lui lègua, ainsi qu'à ses deux filles, la moitié de son royaume, elle fut flouée par le procurateur romain, Catus Decianus, qui, pour la punir et l'humilier après qu'elle eut refusé de payer plus d'impôts qu'elle ne devait au terme de l'accord passés avec les envahisseurs romains, la fit fouetter publiquement et fit violer ses deux filles.
Elle est au entre de l'une des plus grandes révoltes des celtes bretons contre l'occupation romaine. Aujourd'hui, deux mille ans plus tard, une statue de la reine guerrière, symbole de la résistance anglaise face à l'adversité, orne Londres, près de Westminster.

Avec aussi peu d'infos, il était tentant de créer une biographie rêvée. C'est ce à quoi s'est attaqué Jean-Laurent Del Socorro.

"Boudicca" est un roman à la première personne. La reine en devenir s'y raconte. On y voit la fille orpheline d'une mère morte en la mettant au monde. Une fille née dans le bruit et la fureur de la mort et de la bataille, Conan féminin hurlant de rage au Sac de Vénarium.
On y voit une enfance près d'un père incapable de donner le moindre amour, anéanti qu'il est par la perte de sa reine et la cause de ce malheur.
La culpabilité d'une fille meurtrière sans le vouloir.
Le silence d'une fille bloquée par le poids d'une naissance trop dure à assumer.
L'apprentissage des finesses du monde auprès de Prydain, le druide du clan, qui la forme à comprendre, à faire, et lui explique le pouvoir de la parole, plus fort que celui de l'acier.
Le réconfort qu'elle trouve auprès de sa protectrice Ysbal, qui la forme au combat et en fait une guerrière, condition sine qua non de la légitimité celte. Quiconque peut être roi mais la place du guerrier est en première ligne. Et le guerrier respecté est celui qui a versé son sang pour protéger ses hommes.

C'est Boudicca qui se décrit ici. Boudicca la reine, Boudicca la femme arrangée d'un Prasutagos qui, la respectant, ne la bride jamais et pour lequel elle aura toujours une douce affection, mais surtout Boudicca la guerrière, aussi respectée que crainte car elle est prête à payer le prix du sang dans une société qui prise la valeur guerrière.

Boudicca qui, dans une des rares sociétés concrètes qui réalisa l'égalité hommes/femmes, conduit ses troupes à la bataille au même titre qu'un homme, reçoit cette onction suprême des guerriers qu'est la confiance aveugle au combat, et gouverne sa vie, tant publique que privée, avec la liberté que lui donnent sa grande force de caractère, l'absence de règles discriminantes de genre, et la certitude qu'il faut faire quand on ne sait pas dire.
Autre temps, autres mœurs, on remarquera que la première redécouverte de Boudicca, à la Renaissance, se fit à charge ; on lui reprocha de ne pas s'en tenir aux limites de son genre, d'être une « hommasse ».

Boudicca qui, à la tête de ses guerriers, rasera villes et camps fortifiés, jusqu'à Londinium, dans un conflit qui fit, estime-t-on, 80000 morts.
Là où certains roitelets locaux cèderont en moins de temps qu'il ne faut pour le dire et copineront avec Rome la conquérante, Boudicca et ses Icéni résisteront, en vain sans doute – on sait ce qu'il advint de l'indépendance britonne – mais qu'importe ! Parfois courber l'échine est simplement impossible. C'était vrai pour tout les Celtes, ça l'était encore plus pour les femmes qui perdirent avec l'installation du patriarcat romain, l’égalité que leur assurait la vision celte du monde.

L'histoire comme la personnalité de Boudicca sont imaginées par Del Socorro (on la dit, peu de détails nous sont connus), ce n'est donc pas historique stricto sensu mais c'est joliment fait. L'ensemble est cohérent, en interne comme avec le peu qu'on sait. Les phrases qui racontent sont souvent joliment troussées. Le texte se lit vite et avec plaisir. On y « retrouve » parfois Conan, Maximus, ou William Wallace; comme compagnie, il y a pire.

Boudicca, Jean-Laurent Del Socorro

4 commentaires:

Samuel Martinez a dit…

Intéressant d'avoir ton point de vue sur ce livre, qui effectivement se lit rapidement et de manière agréable.

80 000 morts pour ce conflit, c'est colossal pour l'époque !

Gromovar a dit…

Oui. Ce qui explique que des chroniques, si fragmentaires soient-elles, nous soient parvenues.

Vert a dit…

J'ai prévu de le lire très prochainement, merci de m'y encourager ^^

Gromovar a dit…

C'est une jolie histoire, écrite avec cette simplicité narrative qu'avait déjà Royaume de vent et de colères.