lundi 20 février 2017

Anno Dracula 1899 - Kim Newman - Aucune limite

Sortie récente de "Anno Dracula 1899", le dernier recueil de nouvelles de Kim Newman.

Les lecteurs des Anno Dracula, et les fans de Kim Newman au sens large, reconnaîtront dans ce recueil la patte inimitable de l'auteur. On y retrouve l'immense culture de Newman, tant dans le domaine historique qu’artistique (les histoires – petites et grandes – du cinéma et de la littérature y sont en bonne place). On y retrouve aussi l'aisance et la maîtrise avec laquelle il s'approprie ces cultures pour les tordre, les grimer, les embellir, ou en tirer les substances rêvées qu'elles n'ont pas eu le loisir d'offrir au monde. C'est fou, c'est brillant, c'est pétillant.

Newman possède tellement ces cultures qu'il peut en jouer comme un soliste de jazz. Il est un interprète capable de tirer tous les sons connus de son instrument, puis s'en permettre ensuite quelques autres, jamais joués, qui n'existaient jusque là qu'à l'état de potentialités. De référence en référence, de variation en variation, Newman développe ici une uchronie, là une histoire parallèle du monde et des arts dans laquelle chaque élément authentique a pour contrepoint un élément imaginaire dérivé.
C'est brillant, virtuose, et, comme certains solos de jazz, parfois un poil trop long. Mais l'ensemble est bon ; il serait dommage de s'en priver.

En très résumé, on trouvera dans Anno Dracula 1899 :

Famous Monsters, et son histoire inédite, pleine d'extra-terrestres, du cinéma et du monde. Très amusante.

A drug on the market, ou Comment, publicité aidant, monter une énorme escroquerie grâce à l’élixir du Dr Jekyll ? Un vrai ton.

Illimitable dominion, dans lequel on voit Edgar Poe devenir le boss unique de toute la vie culturelle. Sympa, pleine de Corman movies, mais un peu longue.

Just like Eddy, avec Edgar Poe et son Doppelgänger. Placée juste après Illimitable dominion, elle entraîne une overdose de Poe. Dommage.

Americanski dead at the Moscow Morgue est une histoire d'invasion zombie à Moscou. Une invasion que la paranoïa locale attribue aux Américains. Pas le meilleur récit même si on y voit la bureaucratie soviétique à l’œuvre d'une manière amusante.

The chill clutch of the unseen est une émouvante histoire de monstre et de chasseur de monstre qui dit le caractère éternel de leur lutte.

One hit Wanda. Mouaip.

Is there anybody there ? Une histoire très futée sur une médium et son démon lié. Je n'en dis pas plus pour ne pas spoiler l'intrigue.

The Intervention, superbe récit weird, inquiétant et dérangeant.

Red Jack Wilds, où on retrouve Jack l'Eventreur, aux USA, dans une histoire qui fait la part belle au monde des comics d'horreur.

Sarah minds the dog. Mouaip.

The snow sculpture of Xanadu. Si Citizen Kane n'avait jamais été tourné. Bravo.

The pale spirit people. Une brillante histoire de l'avenir tragique et inévitable des Amérindiens.

Übermensch. Metropolis, Spandau, et un super-héros nazi. Qu'ajouter ? Joliment fait.

Coastal City. Une histoire qui dit à merveille le temps figé des comics de super-héros, les reboots, les résurrections, etc...

Completist Heaven. Regarder à mourir tous les films d'exploitation les plus rares, jusqu'à ceux jamais tournés. Très malin.

Une étrange aventure de Richard Blaine. Comment tuer l'âme d'une cité ? Il faut tuer son imaginaire. Un bien bel hommage à Paris.

Frankenstein on Ice. Le monstre est retrouvé, et il a un projet. Le récit est moyen.

Yokai Town est le prologue au Anno Dracula 1899 à venir dans lequel on voit les vampires exilés d'Angleterre s’installer dans un quartier réservé au Japon. A suivre.

Anno Dracula 1899, Kim Newman

2 commentaires:

Vert a dit…

Tiens ça me rappelle que je suis pas allée plus loin que Anno Dracula, faudra que je lise les suites un jour. Ca a l'air sympa ces nouvelles en tout cas !

Gromovar a dit…

J'ai été déçu par celui sur la WWI. Mais c'est un thème sur lequel je suis difficile à satisfaire ;)