samedi 23 janvier 2016

Nankin la cité en flammes de Ethan Young : décevant

"Nankin la cité en flammes" est un album oneshot du sino-américain Ethan Young, publié par Urban China, la collection manhua d’Urban. Il y raconte l’histoire (une histoire plutôt) de la prise de Nankin et des crimes de guerre qui en furent l’occasion.

Pour ce faire, Young raconte le périple de deux soldats chinois abandonnés comme tant d’autres par leurs supérieurs dans la ville prise par l’armée japonaise en 1937.
Après la débâcle de leur armée, le Capitaine (sans nom) et son soldat, Lu, doivent fuir la ville s'ils veulent survivre au désastre. Il leur faudra donc la traverser, vers l’extérieur d’abord puis vers la zone internationale, et assister en témoins discrets aux destructions, aux massacres, aux viols. On y voit quelle souffrance a pu représenter l’abandon de la ville pour les soldats chinois vaincus, la peur qu’ils ressentent pour leur survie (les Japonais exécutant les prisonniers chinois au mépris de toutes les conventions internationales) et les lâchetés qu’ils doivent commettre pour la préserver, mais aussi l’absurdité fondamentale de la fureur guerrière qui détruit même ceux qui n’y adhèrent pas.

En centrant sa narration sur l’épopée de deux soldats, Young rate la cible imho. Bien sûr, au fil des pages, on voit le désarroi, les ruines, l’effroi des civils, quelques viols suivis de meurtres, l’indifférence goguenarde des soldats japonais, et la traque implacable des survivants chinois. Mais c’est le lot de la guerre. Le stress, la peur, le désir de venger ses frères d’armes, l’adrénaline en surdose, l’endoctrinement idéologique et la déshumanisation de l’ennemi conduisent à ce genre de dérives. Mais ce qui est particulier à Nankin, c’est l’accumulation. On dira que c’est le principe qui importe et que qui tue un homme tue toute l’humanité, mais c’est faux ; le nombre change la nature des choses. Ce qui est spécifique à Nankin, c’est que les autorités japonaises avaient décidé de s’affranchir des lois de la guerre et que les officiers avaient lâché la bride à leurs troupes. Nankin en 1937, c’est une ville entière livrée à la vindicte facile et haineuse de la soldatesque. Ca, on ne le voit pas dans la BD. Et ça manque pour donner la pleine mesure de la chose. De ce point de vue, le Nankin publié par Fei est bien supérieur.

Reste une histoire humaine qui, progressivement, émeut, même si c'est insuffisant car les deux héros malheureux de l’aventure ne sont pas assez construits. C’est souvent un problème des BD de guerre. Par concision sans doute, elles oublient de donner une vie à ceux qui vont la perdre, et échouent donc à susciter une vraie compassion. Ce que fit Kubrick en terme de character building au début de Spartacus et qui trouve sa pleine mesure dans l'attente des duels à mort achetés par Crassus, beaucoup d’auteurs de BD oublient de le faire.
Graphiquement, le trait est satisfaisant, typiquement chinois par son utilisation de l’encre de chine autant pour les contours que pour la « colorisation », même si la taille des cases en limite le nombre et c'est ici dommage.

Nankin la cité en flammes, Young

Aucun commentaire: