samedi 31 janvier 2015

Retour de chronique : 7 secondes pour devenir un aigle - Thomas Day

Retour de chronique publiée dans Bifrost 73

"7 secondes pour devenir un aigle" est le dernier recueil publié de Thomas Day. En six nouvelles et un peu plus de trois cent pages, il livre sa vision, justement pessimiste, de l’état du monde et de l’avenir de l’Humanité. S’y ajoute, pour le lecteur, une postface documentée de Yannick Rumpala, spécialiste de la décroissance, proche donc du souci de Thomas Day ici.

Car ce dont nous parle l’auteur – convaincant car convaincu - dans un recueil très joliment illustré par Aurélien Police, c’est d’écologie, de deep ecology même, idéologie radicale qui considère comme moralement condamnable de traiter le monde comme une ressource au service de l’Homme, et l’enjoint à respecter la planète sur laquelle il vit ainsi que les êtres vivants avec lesquels il la partage.
Protéger la planète, les biotopes, la biodiversité, est nécessaire, en soi, car tout ce qui est a une valeur, indépendamment de son utilité pour l’Homme. Cela implique conscience, respect, et maîtrise ; la deep ecology c’est à peu près l’opposé exact de l’Ancien Testament invitant les hommes à croitre et à se multiplier en soumettant la Terre et ses créatures.

Sauver la planète, la venger, la soigner, s’assurer au moins de ne pas la meurtrir plus, c’est à ces tâches que s’affairent les personnages de Thomas Day. Suivons-les.

Commençons par Mariposa, très beau texte, délicat et empreint de nostalgie. On y voit un groupe de japonais assistés d’un américain - ennemis d’hier qui tentèrent mutuellement de s’éliminer et y réussirent en partie - faire cause commune pour protéger une espèce d’arbre à papillons endémique, rendant par là même à la terre une partie de ce qu’elle leur donna. Et pas seulement sur un plan symbolique.

Dans 7 secondes pour devenir un aigle, un vieux rebelle indien transmet le flambeau de la révolte à un fils adolescent qu’il n’a pas élevé. Venger la Terre, blesser ceux qui la blessent, est la seule voie droite : c’est celle que Johnny la Vérole enseigne à Léo au cours de sa dernière chevauchée vers une revanche qui est celle de la Terre meurtrie. Léo y apprendra à vivre sans argent, hors du système, en se protégeant des objets de la modernité qui attachent au mode de production suicidaire que l’Occident impose au monde.

Ethologie du tigre est un beau texte dans lequel un homme qui a fait le choix, difficile mais raisonnable, de ne pas se reproduire, étudie les tigres et tente sans espoir de protéger cette espèce qu’il aime d’une extinction programmée par l’Homme.

Shikata gan ai fait du lecteur le spectateur d’un désastre écologique. Dans une ambiance à la Stalker, on suivra des récupérateurs pillant la zone interdite de Fukushima pour vivre de la revente d’objets abandonnés par les populations en fuite.

Tjukurpa est proche de 7 secondes. Personnages issus de peuples premiers - aux marges de la modernité ravageuse, retour aux pratiques et valeurs anciennes, recherche d’harmonie avec le monde, y compris en version virtuelle, rétribution violente et décroissance « forcée » dans une forme, subliminale ici, d’écoterrorisme doux.

Enfin, Lumière Noire nous montre une Terre nettoyée d’une bonne partie de l’Humanité par une IA rogue décidée à réaliser enfin le potentiel jamais exploité de l’Homme en se tournant vers les étoiles. Inquiétant et déjanté. Peut-être nécessaire.

Sur un thème capital, 7 secondes pour devenir un aigle combine l’urgence d’un cri primal à une vraie maîtrise narrative. C’est donc un recueil éminemment recommandable.

7 secondes pour devenir un aigle, Thomas Day

Aucun commentaire: