dimanche 30 décembre 2012

Voici, je vous enseigne le surhomme


Je vais écrire ici ma plus faible chronique de l’année et c’est à cause de Serge Lehman. Ayant fini de lire l’imposante intégrale de "La brigade chimérique", je m’apprêtais à la commenter en détail lorsque je tombai sur la longue postface (environ 30 pages) d’icelle. Lehman y explique tout, sur l’œuvre autant que sur sa genèse, y donne toutes les références (y compris toutes celles que je n’avais pas vues). Cette postface est un monument, à lire après, mais à lire absolument. Mais alors, que restait-il au pauvre commentateur ? Comment allait-il pouvoir éclairer la lecture du lecteur si l’auteur le faisait lui-même ? Ne restaient que bien peu de choses à dire pour le pauvre Gromovar. J’aurais eu l’impression de plagier la postface.

Je vais donc m’en tenir à quelques ressentis de lecture (suivant une méthode éprouvée par d’autres) :

"La brigade chimérique" c’est énorme, c’est colossal, c’est le meilleur cycle de BD que j’ai lu depuis longtemps, c’est fouillé, c’est profond, c’est très clair dans un genre qui brille parfois par les ellipses incompréhensibles, c’est vif, c’est rapide, c’est brillant. C’est meilleur que La ligue des gentlemen extraordinaires (et affublé d’aussi atroces dessins), et largement aussi bon que Watchmen. Ce que j’écris ici c’est ce que je pense, et on sait (ou on apprend à l’instant) que je ne suis pas un public facile et qu’il en faut pour m’éblouir. Là, je suis ébloui.

Maintenant faisons littéraire :

Quelle intertextualité !! Il y a longtemps que je n’en avais pas vu une aussi belle, au moins depuis Anno Dracula, dont La brigade chimérique constitue le pendant graphique dans mon panthéon personnel. Comme Lehman a fait tout le travail, je vous y renvoie ; si vous voulez celle d’Anno Dracula, elle est ici (Kim Newman a eu l’amabilité de ne pas m’empêcher de faire le malin, merci Kim, je t’en dois une).

Puis faisons factuel :

La brigade chimérique est un énorme ouvrage contenant 280 pages de comics déguisé en BD franco-belge, des couvertures inédites, une longue postface (dont j’ai déjà parlé), le tout pesant presque ses deux kilos. A l’intérieur, un cycle de BD exceptionnel répondant à la question que se posait Lehman déjà tout enfant : « Pourquoi n’y a-t-il pas de super-héros européen ? », et à laquelle le courrier des lecteurs de Strange n'avait pas su répondre.
Pourquoi en effet la myriade des héros créés par les feuilletonistes du tournant du XXème siècle n’a-t-elle pas donné naissance à une culture des super-héros qui en aurait été le prolongement ? C’est une réalité surprenante. Elle l’est d’autant plus quand on sait, comme Lehman le montre, qu’il y eut pourtant une production, en France notamment, de héros masqués ou augmentés par le science, non seulement en littérature mais aussi dans des sortes de petits pulps (qu’on n’appelait évidemment pas comme ça). J’ai bien une réponse : les comics, en français, on aurait appelé ça des « comiques » et ça aurait fait con. Mais je ne crois guère à ma propre hypothèse. Alors ?
Le genre est-il mort dans les tranchées de Verdun où mourut l’idée, assez naïve, de l’accroissement du progrès humain grâce au progrès scientifique ? L’existence d’ouvrages postérieurs invalide cette hypothèse.
L’idée de surhomme est-elle devenue suspecte quand tout le monde a commencé à mal lire Nietzsche sous l’influence mortifère de la regrettable Elisabeth Forster ? Possible.
Les cartésiens français, toujours entre déni et pessimisme, étaient-ils imperméables au merveilleux et à l’héroïsme incarnés par les super-héros ? Va savoir.
En tout cas, les héros partent aux USA. Fuyant ce qui s’avance dans une Europe qui va s’enfoncer dans la guerre, ils émigrent aux USA où ils s’inventent une nouvelle vie. Ce sera aux humains normaux de gérer leurs désastreuses affaires. Fin de l’histoire. Mais avant, ils étaient présents.
Le lecteur trouvera donc dans "La brigade chimérique" une uchronie ou une histoire parallèle (au choix) dans laquelle d’innombrables personnages de pulps, héros de feuilleton, protagonistes de roman (et j’oublie sûrement des formes) sont présents comme personnages principaux, ou secondaires, ou simple figurants. Le lecteur croisera aussi des surréalistes, une plante extra-terrestre, la famille Curie, Jung et l’inconscient collectif, une bombe atomique en devenir, Garou-Garou le passe-muraille, un homme changé en cafard, une guerre qui menace, une guerre civile sur sa fin, des dictateurs imaginaires qui en rappellent de bien réels, etc. Là aussi, il me faut arrêter la litanie des références.
Un casting de rêve réuni pour une aventure grandiose dont les seules limites sont celles des imaginations débridées de Lehman et Colin, et le seul effet, le plaisir du lecteur.

Faisons philosophique (et polémique ?) pour finir :

La morale de l’histoire est-elle que l’Europe est meilleure quand elle n’est pas amputée de sa part judéo-chrétienne (représentée ici par Le juif errant et l’Ange/Soldat dont les morts amènent le malheur) ?
Un monde où la victime, objet de pitié, a remplacé le héros, exemplaire, est-il préférable ? Un monde dans lequel on qualifie maintenant les victimes de héros est-il un monde agréable ?
Par delà le bien et le mal, je ne le crois pas ; à fortiori quand je vois l’impuissance sénile d’une Europe qui en a gravé les valeurs dans le marbre du droit.

La brigade chimérique, Intégrale, Lehman, Colin, Gess, Bessonneau

15 commentaires:

Tigger Lilly a dit…

He ben dis donc, quelle déclaration d'amour. Ça fait longtemps que je l'ai dans ma liste à acheter celle-là. Depuis qu'elle est sortie en intégrale, la probabilité que je passe à la caisse a augmenté :D

Gromovar a dit…

L'intégrale est vraiment de grande qualité.

Anudar a dit…

Et du coup je me demande si je ne vais pas mettre la main dessus... En tout cas, tu en parles avec beaucoup de ferveur.

Gromovar a dit…

C'est du bon et du lourd.

Efelle a dit…

T'auras pris ton temps pour la lire... Bon l'avantage sur moi c'est que tu as la postface de Lehman absente de la version en épisodes.

Xapur LeMystique a dit…

ça fait un moment que j'y pense, tu m'as convaincu de passer à l'acte !

Gromovar a dit…

@ Efelle : Le dessin m'a toujours arrêté jusqu'à ce qu'un ami me convainque

@ Xapur : Nickel

Lorhkan a dit…

Le papa Noël (qui pour moi est en retard et ne passera que le 1er :D ) me l'apportera, donc tu me permettras de ne pas avoir lu ta chronique en entier, mais je note tout de même que tu es franchement enthousiaste, et que ça n'augure que du bon pour ma lecture ! :D

Gromovar a dit…

Tu fais bien de garder la surprise.

Anonyme a dit…

Tiberix : La seule limite de cette chronique est ton goût trop limité en terme de graphisme, qui te fait passer à côté de la beauté épurée de ces cases. Et qui te fait perde de vue Mike Magnolia. Oh, well. Pour le reste je renchérie et relance de dix ! La Brigade est tout ce que Watchmen a été, avec plus d'élégance et de profondeur. Et cela, en nous rappelant que nous avons dilapidé notre culture du feuilleton. Bien fait pour nous. Mais si nous devons regarder en boucle des histoires de crimes à répétition à Los Angeles (ou pas) alors que nous avions inventé les Brigades du Tigre, en BD il nous reste au moins ce magnifique ouvrage. Cheers.

Gromovar a dit…

Tu as malheureusement raison.

Vert a dit…

Damned moi j'ai la version en 6 tomes, j'ai pas eu le droit à la postface. Ceci dit il donnait déjà pas mal d'explications sur le site de la BD je crois.

(et c'est malin, j'ai envie de relire la série maintenant)

Gromovar a dit…

Relis avec les explications du site.

Julien le Naufragé a dit…

Tu me motives à le lire, alors que j'en avais un peu peur. Surtout par la dessin.

Gromovar a dit…

Le scénario m'a suffit.