lundi 16 mai 2011

Les blogueurs parlent aux blogueurs : Lelf



Cette semaine, je reçois Lelf, jeune blogueuse "très lente", rédactrice du blog Imaginelf. "Old man's war", "Bone", "Neverwhere" sont quelques-unes des références de Lelf. Elle aime beaucoup aussi Lionel Davoust, et traine à L'Atalante à Nantes.



1) Bonjour, peux-tu te présenter en deux mots (tu peux être aussi bref que tu veux…jusqu’au néant)

Lelf, 26 ans, fille (je précise parce que la confusion est fréquente). Et euh… Pas grand-chose de plus à dire qui soit intéressant.

2) Pourquoi avoir créé un blog ? Est-ce le premier ? Le seul ?

Imaginelf est mon deuxième blog. Pendant deux ans j’en ai eu un très classique où je racontais ma vie et où je commençais à chroniquer des livres. Un vrai bordel, mort depuis longtemps.
J’ai eu envie de créer quelque chose de plus cohérent. A l’époque j’étais chroniqueuse BD sur le net et je voulais étendre ça aux romans, pour faire partager mes découvertes, mon ressenti de lecture, mes visites en festival. Du coup, création d’un blog centré sur la culture. Et spécialisé en imaginaire et BD, tout simplement parce que ce sont mes lectures principales. C’est mon seul blog aujourd’hui et tant mieux.

3) Combien de temps y consacres-tu ?

Trop ? Je suis une blogueuse très lente. J’y passe environ 2h par jour, mais je dilue ce temps car je suis toujours en train de faire 50 choses à la fois, donc j’ai du mal à l’évaluer précisément. Les chroniques me prennent du temps car je les réfléchis beaucoup, les news et comptes-rendus me prennent du temps pour l’ajout d’images… au final je ne suis pas très efficace.

4) Blogues-tu tout ce que tu lis ?

Houlà non. Déjà, je suis une grande bédéphile. Vu qu’une chronique me demande un certain temps, je ne peux me permettre de chroniquer toutes ces lectures qui sont plus vite terminées que commentées. Pour les romans j’essaye de tout chroniquer mais certains passent à la trappe pour diverses raisons (pas du tout d’inspiration, délai trop long entre lecture et chronique…)

5) Comment choisis-tu ce dont tu parles sur ton blog ?

Je choisis les BD à chroniquer en fonction de l’inspiration du moment quand je me dis qu’il est temps d’en commenter une, pour les romans j’ai toujours quelques chroniques de retard et je fais selon ce qui m’inspire le plus le jour où je décide de chroniquer. Les événements représentent (festival, swaps, challenges et autres échanges) sont écrits immédiatement après l’événement en question. Quant aux news, je fais là aussi à l’inspiration, les articles de sorties et les prix étant les principaux représentés, c’est pratique pour combler un jour où j’ai la flemme de réfléchir à une chronique (ou pas le temps).
Dans la semaine j’essaye de ne pas faire de chroniques de romans deux jours d’affilée et j’essaye de faire une chronique BD, sinon j’improvise au jour le jour.

6) As-tu déjà lu certains livres simplement parce que tu te disais que ça pourrait faire un article intéressant pour ton blog ?

Ca m’est arrivé une fois en BD. Et au final je ne l’ai même pas chroniquée. Heureusement, j’avais vraiment envie de la lire à la base. Finalement l’inspiration n’est pas venue et je n’ai pas recommencé ce genre d’approche.

7) Depuis combien de temps lis-tu de la SFFF ?

Difficile à dire. Ado je lisais de la SFFF très connue comme Stephen King et depuis l’enfance j’avais l’habitude de piquer les bonnes BD (Bilal, Buzzelli, Le Vagabond des limes et autres…).
Mais je me suis vraiment mise à la SFFF il y a environ 5 ans, année où plein d’amis m’ont prêté plein de bouquins et où j’ai découvert Robin Hobb, Neil Gaiman, Diana Wynne Jones, mais aussi la SF française et ses nouvellistes ; je suis devenue fan immédiatement de ces derniers.

8) A quel rythme lis-tu ?

C’est très inégal et pas énooorme. Entre 5 et 9 romans par mois (en comptant quelques jeunesse), une bonne dizaine de BD (hyper variable cette moyenne). Je lis surtout le soir et il m’arrive régulièrement de ne pas prendre le temps. J’ai du mal à me poser avec un livre, je culpabilise de ne pas faire des choses plus « importantes ».

9) Que trouves-tu dans cette littérature de genre ?

Un dépaysement total, de la réflexion souvent, beaucoup de surprises (on ne sait déjà pas dans quel univers on va tomber). J’aime les potentialités infinies de ces genres. Ils peuvent parler de tout, sous toutes les formes possibles.

10) Partages-tu cette passion avec ton entourage ?

Oui. Mes parents sont des bons lecteurs et mon père particulièrement est grand amateur d’imaginaire. C’est super de pouvoir échanger avec lui, commenter, analyser. Mes amis aussi sont tous très bons lecteurs, avec une prédilection pour l’imaginaire souvent. Et aujourd’hui il y a aussi les autres blogueurs ; avec certains on finit par développer des liens privilégiés et on parle au quotidien. Que nos lectures soient identiques ou non, c’est enrichissant.

11) Quel a été ta première lecture SFFF ? Te souviens-tu de l’occasion qui t’a amené à cette lecture ?

La toute première c’est dur à dire. Mais celle qui m’a fait basculé il y a quelques années c’est surement Neverwhere de Neil Gaiman. Découverte faite sur les conseils d’une amie et un peu au hasard un jour où j’ai voulu découvrir la SFFF. Je me baladais dans un magasin de grande chaîne, j’ai passé des heures dans le rayon à tout regarder, prendre en main, reposer. Puis je suis repartie avec ce roman finalement. Et ça a été un grand coup de cœur. Le talent de conteur de Gaiman et son univers m’ont soufflée.

12) Peux-tu nous décrire un (ou plus) grand souvenir de SFFF ?

Houlà, dur aussi. Ma lecture de Old Man’s War de John Scalzi l’an dernier m’a marquée. C’est la première fois que j’ai ri aux éclats en lisant un roman. Et que quelques chapitres plus loin les larmes me sont montées aux yeux. Une sacrée expérience cette lecture.
Il y a aussi ma première anthologie française : (Pro)Créations, dirigée par Lucie Chenu. Je commençais vraiment à lire de la SFFF et j’ai adoré voir comment un thème pouvait être interprété, déformé, sublimé, par tous les auteurs. C’est ce jour que j’ai découvert la richesse de la SFFF française et que je m’y suis intéressée de près.
Et si je peux ajouter une BD : Bone, de Jeff Smith. Qui commence par une fantasy mignonne et légère, mais qui noircit inexorablement. Là aussi j’ai ri aux éclats (le genre de fou rire qui revient rien qu’à repenser au dessin qui l’avait provoqué…) et été émue à la fois. Un comics intelligent que je recommande. J’ai envie de le relire, tiens.

13) Quel est le livre qui t’a le plus marqué récemment ? (Répondre sans réfléchir)

Hem. Rien ne m’a marqué particulièrement dans mes dernières lectures malheureusement. Et en remontant plus loin je ne sais déjà plus ce que j’ai lu (poisson rouge…). Et après avoir repensé à Old Man’s War ça devient dur de tenir la comparaison. Je réfléchis donc (oui, je triche) et je dis Planète à louer ! de Yoss, qui m’a bien secouée. C’est un sacré auteur qui a le don de faire passer ses messages sous une forme percutante.

14) Vers quel genre SF, F, ou F, va ta préférence ? Et pourquoi ?

Science fiction. Sans hésitation. Je ne saurais pas dire exactement pourquoi, mais c’est un genre que je trouve bien plus merveilleux que la fantasy, bien plus tourné vers l’Humain. J’aime la capacité de ce genre à émerveiller et faire réfléchir à la fois. Tellement proche et tellement loin de ce que nous sommes aujourd’hui, réellement. Ca me fascine.
J’ai un faible pour la fantasy urbaine aussi, sans doute encore ce parallèle entre extraordinaire et ordinaire, d’une manière très différente.

15) Comment ont évolué tes goûts entre tes débuts en SFFF et aujourd’hui ?

Ils n’ont pas tellement évolué depuis quelques années. J’ai toujours été à la fois curieuse de tout et un peu exigeante (sur le style, l’originalité, la capacité à emporter…). Je lis toujours des nouvelles francophones, je lis toujours Neil Gaiman, je lis toujours Diana Wynne Jones. Je préfère toujours la SF (même si, évidemment, je cite deux auteurs majoritairement fantasy…).

16) Quels sont tes auteurs préférés ? Pourquoi ?

Je fais monomaniaque si je dis Neil Gaiman ? Ses histoires sont intelligentes, il y glisse toujours ses ambiances de conte, du merveilleux dans un univers réaliste. Comics, jeunesse, adulte… il ne m’a jamais déçue.
Si je suis fan de SF, je n’ai en revanche pas d’auteur particulièrement préféré. Je change souvent de lectures et du coup approfondis trop peu chaque auteur pour en distinguer des préférés. Ca viendra sans doute avec le temps.

17) Y a-t-il des livres que tu regrettes d’avoir lu (temps perdu) ? D’autres que tu aurais regretté de ne pas voir lus ?

Non, chaque lecture apporte quelque chose, même si c’est un ennui profond. Il n’y a pas à regretter. Si je déteste je n’ai pas de scrupules à laisser tomber. Des fois je vais au bout et je n’en retire pas grand-chose, alors je passe au suivant c’est tout. Pas de regret.
Et je suis très contente d’avoir lu certains titres, mais en même temps, si je ne les avais pas lu, il me resterait à les découvrir et ça serait super aussi.

18) Y a-t-il des auteurs dont tu lis tout (ou voudrait pouvoir tout lire) ?

J’aime changer de lecture, découvrir avant tout : nouveaux auteurs, nouveaux univers, nouvelles plumes. Mais j’aimerais lire un maximum de Neil Gaiman, de Diana Wynne Jones par exemple. Ensuite je lis un maximum de ce que Lionel Davoust sort et ça m’arrive de suivre d’autres auteurs francophones de près comme ça (Jean Millemann, Mélanie Fazi…). Je lis toutes les anthologies dirigées par Lucie Chenu qui paraissent également.
J’ai plus facilement des auteurs BD dont je lis tout, mais ils ne font pas dans l’imaginaire.

19) Vas-tu voir les auteurs sur les salons ? Ramènes-tu des interviews, des photos, des dédicaces ?

Oh que oui je vais sur les salons. Les rencontres font partie de mon plaisir de lectrice, j’aime confronter mon ressenti aux intentions de l’auteur, approfondir mes lectures par ce biais et simplement découvrir des personnes.
Je ne ramène pas spécialement d’interviews, je préfère faire ça au calme et un salon ne s’y prête pas trop à moins d’avoir rendez-vous. Photos et dédicaces oui, toujours. Et compte rendu sur le blog, pour partager un peu avec les autres ce que j’ai vu et vécu.

20) Que penses-tu de la bit-lit ? Et de Harry Potter ? (je crois que ces deux questions étaient indispensables ;-)

Je ne pense pas grand-chose de la bit-lit. Chaque époque a sa mode, sa littérature populaire, un créneau dans lequel les éditeurs (et auteurs) s’engouffrent. Le terme étant franco-français je ne lui trouve pas beaucoup de sens. Mais sinon j’imagine que c’est comme dans n’importe genre : il doit y avoir du très bon dans toute cette masse. A titre perso ce genre de récit ne m’attire pas spécialement. Il n’y a que Sans Âme de Gail Carriger qui a l’air d’entrer dans cette catégorie et qui suscite réellement mon intérêt.
Pour Harry Potter, je suis assez bluffée par l’univers que Rowling a réussi à créer (même si certains disent qu’elle a piqué des éléments, elle a quand même réussi à en faire quelque chose). Par contre j’ai trouvé les derniers romans moins bien équilibrés, les personnages un peu creux. Et je ne parle pas de cet épilogue mielleux qui m’a laissée de marbre… Ceci dit elle m’aura quand même bien embarquée dans l’ensemble.

21) Tes fournisseurs : librairies, bouquinistes, Internet ?

Pour la VO anglaise : internet (Book Depository).
Pour la majeure partie de l’imaginaire : librairie L’Atalante (je préfère toujours une librairie indépendante pour le cadre et la disponibilité des libraires, et puis ça serait dommage de ne pas profiter de celle-ci). Et forcément un peu les salons.

22) BD, comics, ou non ?

Oui. Beaucoup. Depuis toujours. BD, comics, manga, je touche à tout. Et je ne me restreins pas à l’imaginaire. A titre d’exemple en quantité, j’ai déjà lu 52 titres cette année. J’aime la narration graphique, qui offre de nouvelles possibilités de raconter une histoire, de détourner des codes pour créer quelque chose d'original.

23) Lis-tu aussi de la littérature « blanche » ? Si oui, qui aimes-tu particulièrement dans ce « genre » ?

En BD oui, des histoires humaines toutes simples, du quotidien… J’aime ces histoires là. En romans non. J’ai du mal à trouver des titres qui m’attirent tout simplement, sinon je ne suis absolument pas contre. Je prévois quelques tentatives un de ces jours.

24) Tentative de Weltanschauung : qu’aimes-tu comme musique ? Comme cinéma ? Quel est ton loisir favori ? Qui est ton philosophe de prédilection ?

Je n’ai pas de goûts musicaux précis, je me cherche toujours de ce côté-là. J’aime beaucoup le métal, mais suis aussi capable d’apprécier un peu de « soupe » pop, de la country, du rock classique… Du moment que ça me parle un peu.
Le cinéma je n’y vais jamais. Mais si on parle film je n’ai, comme en musique, pas de préférence, à part une affection particulière pour les nanars, notamment SF.
Loisir favori : la lecture (scoop), sinon je ne désespère pas de reprendre le théâtre (classique ou impro) et le chant (j’étais dans une chorale de bras cassés c’était fun).
Philosophe de prédilection : J’ai toujours bien aimé la philo et eu une affection particulière pour Platon. Mais ça fait longtemps que je n’ai pas eu l’occasion d’y toucher.

25) As-tu un Reader ?

Non.

26) As-tu déjà lu en numérique, même sur moniteur ?

Je n’arrive pas à lire sur ordi, concentration zéro. J’ai sans doute déjà lu un texte court un jour ou l’autre, mais je n’en retiens rien et ce n’est pas confortable.

27) Quel est ton rapport à la lecture numérique ? Penses-tu lire plus sous cette forme dans un proche avenir ?

Oui, sans aucun doute je pense lire sous cette forme. Je n’ai pas spécialement l’utilité d’un reader aujourd’hui mais avec la diversification l’évolution de l’offre il y a des chances que je m’y mette.
C’est pour moi seulement une autre manière de lire, qui suit logiquement les innovations technologiques, pratique pour certains usages (voyages, gain de place et poids en général…). Maintenant j’attends de voir comment les éditeurs vont gérer l’offre de nouveautés notamment, leurs choix de publications, les prix…

28) Quel est ton rapport à Internet ? Connecté depuis longtemps ?

Je suis souvent en retard sur ce plan là. J’avais 19 ans quand j’ai découvert l’usage régulier d’internet, un de plus pour msn. Les forums ça date seulement deux ou trois ans.
Internet c’est un peu « je t’aime moi non plus », je me lance à fond pendant une période puis un jour je lève le nez et je me demande ce que je suis en train de faire et pourquoi je me prends la tête avec ce truc. C’est un peu le cas en ce moment, je réduis mes activités de cette nature, besoin d’un break régulièrement. Même si je ne pourrais jamais débrancher totalement, je suis droguée au dernier degré.
Je trouve que c’est une formidable fenêtre sur le monde sinon, en général je me fais de très bons amis que je rencontre irl et avec qui je noue des relations durables au-delà du cadre internet. C’est un usage intéressant.

29) As-tu un lien avec le monde de l’édition ? Ou du livre plus généralement ?

Oui. Non. Peut être. Je ne sais guère. Ca m’arrive occasionnellement d’être libraire, surtout BD. J’ai d’excellents amis qui se trouvent être libraires, auteurs ou éditeurs et j’aime beaucoup discuter de leur métier avec eux. C’est tout. Et ce n’est déjà pas si mal.

30) Une dernière chose à dire au lectorat en délire ?

Wake up ! Bravo si vous êtes arrivé là sans décrocher, merci. Et merci aux autres quand même, pas de jaloux.





Merci de votre attention. Et n'oubliez pas ! Duck ! And cover !

9 commentaires:

Efelle a dit…

Toujours aussi sympa ces interviews.

Lhisbei a dit…

Lelf est quelqu'un qui lit peut et lentement. c'est vrai quoi .. entre 5 et 9 romans par mois + une tonne de BD pff, petite joueuse va !
(sans rire j'aimerai lire autant)

Lhisbei a dit…

peu (à cette heure-ci merci d'être indulgents avec mes fotes ...)

Verti a dit…

oui, ça me fait toujours beaucoup rire aussi quand je vais sur les blogs sfff et que je vois des gens qui disent lire "peu" en abattant plus d'une cinquantaine de livre par an...fausse modestie?

lael a dit…

je me retrouve assez bien dans ce que tu dis Lelf (sauf les auteurs cités) ;)

suis souvent impressionné du nombres de bouquins lus par certains, alors 5 ça peu paraître "peu", mais c'est sur c'est déjà énorme XD

Lelf a dit…

Vous interprétez, j'ai dit "pas énorme", pas "peu", ça peut encore dire "beaucoup mais pas monstrueux". Et j'ai bien précisé que je lisais pas mal de jeunesse, le genre de bouquin qui se lit en deux heures, facile de faire monter les stats. Je suis loin de certains participants aux challenges du RSFblog par exemple. ^^
Et par rapport au temps "libre" que j'ai oui, finalement ça peut faire "peu". ;)

El Jc a dit…

Oui ce serait sacrilège de ne pas profiter de la librairie l'Atalante, quand à ton rythme de lecture il me semble assez comparable à celui de nos petits camarades de la toile à moins que je ne m'abuses.

arutha a dit…

On lit toujours trop peu.
C'était le mot utile du jour.

Tigger Lilly a dit…

Je plussoie arutha.

Sympa comme toujours ces petites interview (enfin petite ... gromovar pourrait presque égaler Richard Comballot :p)