jeudi 24 février 2011

Hasta la victoria sempre, ou pas


Parlons clair pour commencer ; ce roman est explicitement engagé, or je n'aime pas l'art engagé. Jusqu'à aujourd'hui.
"Planète à louer" est un recueil de tranches de vies humaines après le Contact avec la civilisation extra-terrestre. Les Aliens, attendus par certains, redoutés par d'autres, et dont beaucoup doutaient de l'existence, ont investi la Terre. Ils ne l'ont pas détruite (ils l'ont même plutôt réparée pour en faire une sorte de parc naturel), ils n'ont pas aidé l'Humanité à progresser vers la connaissance et la sagesse, ils ne sont ni nobles ni sages, ils sont juste les bastards de la galaxie d'à côté. En fait, les Aliens (sous leurs diverses apparences) utilisent la Terre comme un pole touristique un peu primitif, donc pittoresque et bon marché. Ils viennent sur notre planète pour visiter, photographier, chasser, s'encanailler, abuser de tous les plaisirs que peut offrir la Terre grâce à leur pouvoir d'achat sans commune mesure avec celui des humains. Métaphore sur la Cuba des années 90 qui pourrait aussi être appliquée à beaucoup de pays touristiques et pauvres confrontés au tsunami des touristes occidentaux, le roman décrit la vulgarité des dominants qui viennent se distraire sur un monde en désarroi, la corruption des élites qui laissent faire et en profitent, l'absence d'échine du peuple qui, prêt à risquer sa vie pour un avenir peut-être meilleur, joue le jeu des Aliens, même lorsqu'il est défavorable aux humains, et se vendent corps et âme pour manger.
"Planète à louer" est composé de sept récits distincts. Il arrive que les personnages d'un des récit réapparaissent dans un autre, mais le personnage principal du livre c'est l'Humanité. C'est toujours à travers les yeux d'un humain, et avec ses analyses propres, que les situations nous sont proposées. Yoss fait découvrir au lecteur la réalité de cette Terre, qui est Cuba, à travers des moments clefs de vie, toujours précédés d'un petit article de fond sur l'organisation terrienne post-Contact. Nous suivons donc les pas et les pensées d'une prostituée qui quitte volontairement et fièrement le puits de gravité avec un Alien pour l'assurance de quelques années de grande vie avant une mort atroce, d'un artiste qui a réussi à s'exporter dans la galaxie et qui donne sa mort en éprouvant et peut-être ultime spectacle, d'un sportif de haut niveau qui a représenté l'espoir d'une revanche futile pour l'Humanité avant de changer d'allégeance, d'un flic corrompu qui profite de toutes les opportunités qu'offre le contact de deux sociétés aussi dissemblables économiquement, d'un scientifique génial qui se vend pour un gros plat de lentilles, de clandestins qui essaient désespérément et au péril de leur vie de fuir la Terre pour devenir sans-papiers voire esclaves officiels dans l'espace (là où l'herbe est forcément plus verte), d'une petite fille qui est enrichie, à tous les sens du terme, par l'amour d'un Alien.
Dans tous ces récits on voit la misère humaine, l'inégalité obscène, le mépris arrogant des Aliens, la corruption endémique des autorités, et la collusion de la bourgeoisie comprador. Les hordes de petits mendiants et de prostitués de tous sexes et âges qui gravitent autour des Aliens, les servent le plus souvent et les dépouillent parfois, évoquent immanquablement ces innombrables pays dans lesquels les occidentaux, esclaves chez eux mais seigneurs chez les autres pourvu qu'ils soient pauvres, vont dorer leur pilule et jeter leur gourme. Méprisables ils sont, sans même l'excuse de mourir de faim. Seul le dernier récit, forme d'adoption, laisse entrevoir un peu d'espoir, même si les motivations généreuses sont aussi immanquablement égotistes.
"Planète à louer" est ma première rencontre avec l'auteur cubain Yoss (on a le pseudo qu'on peut, tout le monde ne peut pas s'appeler Gromovar), et c'est une très belle rencontre. J'espère qu'il y en aura d'autres rapidement. Je n'aurais pas lu un essai de 250 pages sur la situation de Cuba, mais la narration fluide, rythmée, rapide, SF sans trop l'être de Yoss m'a porté tout au long de "Planète à louer" et j'en sors distrait autant qu'instruit.
Planète à louer, Yoss

L'avis de Lelf

L'avis de Julien le Naufragé

12 commentaires:

Lelf a dit…

Ravie de voir qu'on est d'accord sur cette oeuvre ^^
Si tu veux reprendre un morceau de Yoss pour la route il y a Interférences chez Rivière Blanche. Même genre, mais en version drôle (du drôle subtil, pas lourd). :)

Gromovar a dit…

OK pour Interferences. Et je vais te linker, j'avais pas vu.

Guillaume44 a dit…

Lu dernièrement un article de Yoss dans Galaxies SF sur le genre à Cuba, très intéressant.

Gromovar a dit…

En tout cas, je vais me procurer rapidement Interférences pour en savoir plus. Même forme apparemment, trois récits liés.

Lhisbei a dit…

Oui Interférences est un "roman novelliste" : 3 nouvelles liées entre elles mais qui pourraient se lire indépendamment.
Yoss est aussi au sommaire de Dimension latino chez Rivière Blanche avec 3 textes : Les interférences (également au sommaire de Interférences), Apolvénusia ™ et Kaishaku.

Gromovar a dit…

J'ai un peu de quoi faire alors :-)

Val a dit…

J'en entends que du bien de ce livre. Va falloir que j'y jette un oeil :)

Gromovar a dit…

Voire les deux.

Efelle a dit…

Pour cette fois, c'est moi qui ai buté sur l'art engagé... Pas convaincu même si cela reste d'une lecture agréable.

Gromovar a dit…

Bon. Tant pis. Ca arrive.

Guillaume44 a dit…

Pas convaincu non plus; ou du moins pas convaincu par l'écrin SF pour faire passer un message peut-être trop généraliste, pas assez "cubain" à mes yeux. Sur les intentions de l'auteur rien à dire, sur la méthode beaucoup à en redire donc.

Gromovar a dit…

Bon ben, zut alors :)

Special dédicace avec du plus cubain (et surtout du cubain parisien, le meilleur) : http://www.youtube.com/watch?v=5MyqBijbQh8