dimanche 29 octobre 2017

Utopiales 2017 : Temps


Chaque automne se caractérise par trois retours. Celui de l'heure d'hiver avec son lot de conséquences néfastes sur la production laitière des vaches, celui d'une fête traditionnelle celte revisitée par le consumérisme, et celui du plus grand festival SFFF de France : les Utopiales.

Le premier m'indiffère, le second me navre, le troisième me ravit.

Qu'on sache donc que du 1er au 6 novembre, le peuple de la SFFF se réunit à la Cité des Congrès de Nantes pour assister à des conférences scientifiques et littéraires, voir des longs et des courts métrages, participer à des séances de signatures, assister à des expos, jouer, réfléchir, converser, acheter des livres dans la plus grande librairie SFFF de France, et passer du bon temps en voyant les amis et collègues.

On pourra y croiser, entre autres, l'immense Michaël Moorcock ou les nouveaux venu asiatiques Hao Jingfang et Kao Yi-feng.

Le thème de l'année est Temps, thème hautement science-fictif s'il en est, décliné suivant quatre axes :

  • Le voyage dans le temps
    Depuis Wells et sa Machine à explorer le temps, le voyage temporel reste un grand pourvoyeur d’histoires extraordinaires. Est-il possible ?  Que se passerait-il si nous remontions le temps pour assassiner notre grand-père, Hitler ou tout simplement chasser le dinosaure comme dans le magistral Coup de Tonnerre de Ray Bradbury ? La mémoire est un aussi un outil de voyage dans le temps. Cependant, elle est fragile et ses pathologies modifient nos souvenirs mais aussi notre capacité à nous projeter dans le futur.
  • Le temps modifié, modelé
    Puisque nous avons créé la mesure du temps, n’est-il pas possible de le modifier, de le moduler à notre gré ? Ainsi naît l’uchronie où la perception du temps se dissout en des mondes parallèles, simulés ou alternatifs qui interrogent notre réalité consensuelle.
  • Temps prédit, temps à venir
    Au-delà des augures, et jusque dans les astres, l’humanité a cherché à deviner son avenir. Ce n’était pas totalement dénué de fondement, puisqu’on trouve dans l’observation du ciel les indices du futur de notre système solaire et de l’univers. Comme expérience de pensée sociale, la science-fiction explore aussi le futur en posant souvent des questions qui fâchent. Et quels rapports la science-fiction entretient-elle avec la prospective ou la futurologie ?
  • La fin des temps
    La fin des temps est-elle proche ? Nous savons que les civilisations, comme les humains, finissent par mourir. Si l’humanité disparaissait, que resterait-il de nous ? Dans cinq milliards d’années, le Soleil dévorera notre planète. Que se passera-t-il d’ici là ? Et si l’on contemple l’immensité du futur, l’univers lui-même aura-t-il une fin ?

Rendez-vous à parti de jeudi dans les travées de la Cité des Congrès.

8 commentaires:

Lhisbei a dit…

A jeudi :) On va être bien là-bas !

Gromovar a dit…

Et détendus pour une fois ;);

Xapur a dit…

Be there or be square !

Gromovar a dit…

Be quick or be dead ;)

Vert a dit…

On se verra là-bas (si l'on trouve le temps ^^)

Gromovar a dit…

Bar de Mme Spock.

Samuel Ziterman a dit…

Quel beau programme, surtout le Bar de Mme Spock ! :D

Profitez bien, en espérant être des vôtres lors de la prochaine session !

Gromovar a dit…

Il faudra l'être; c'est le camp de base.