mercredi 14 juin 2017

14-18 Le diable rouge - Corbeyran - Le Roux - Massacre


Avril 1917. Le mois du Chemin des Dames. L'année, et ce n'est pas sans rapport, des mutineries de 17 et de la révolution russe.

1917. Le boucher Nivelle lance l'assaut « décisif » sur les lignes allemandes, idée qu'il a reprise à Joffre. Le plan initial est de masser des troupes très nombreuses (françaises et anglaises essentiellement) à proximité de Reims pour enfoncer le front et réaliser enfin la percée à travers les lignes ennemies. Hélas, les Allemands, comprenant ce qui se trament, renforcent la ligne Hindenbourg dès mars 17 ce qui conduit les Alliés à scinder leur offensive : les Anglais attaqueront à Vimy et les Français prendront d'assaut le Chemin des Dames. L'ensemble, qui s'étendra d'avril à octobre, sera, en dépit du succès de Vimy, d'une piètre efficacité. Mais surtout l'offensive se soldera par un massacre d'une ampleur rare, plus du tout acceptable à ce moment de la guerre : au moins 200000 morts côté français, encore plus côté allemand. Il en coûtera, c'était bien le moins, son commandement à Nivelle. Pétain le remplacera à la tête de l'armée française.

Avril 1917. Au pied du Chemin des Dames, les survivants des épisodes précédents attendent le début de la bataille. Le moral est bas, très bas. Les troupes allemandes sont bunkérisées dans des positions hautes qu'il faudra rejoindre en courant. Artillerie, lance-flammes, et mitrailleuses protègent les hommes du kaiser et ajoutent à l'avantage que leur donne le dénivelé. Peu des poilus engagés pensent survivre à ce qui s'annonce. L'album commence par une lettre de Maurice à Nicole qui peut être lue comme une « version profane » de la Chanson de Craonne. Le désespoir, l'épuisement, et la certitude de mourir habitent le jeune homme qui n'est plus qu'un « sacrifié » parmi tant d'autres.

De fait, la bataille, montrée côté français dans l'album, est une boucherie. Ce qui reste du petit groupe d'amis de 1914 paie, comme le reste de l'armée, un lourd tribut à la bataille. Des cinq toujours au front, l'un tombe dans le no man's land en sauvant un compagnon d'armes, un autre perd la raison, un troisième est, lui, victime de la répression des mutineries. Funeste pourcentage.
Les tirailleurs sénégalais, déjà vus dans le tome 5 et encore représentés ici par Mamadou, participent aussi à l'offensive, ils y perdront presque la moitié de leurs effectifs.

"Le diable rouge" du titre est à la fois cette révolution dont la peur saisit l'armée française, et le surnom d'une unité amie qui combat au coté des « héros ». Corbeyran et Le Roux montrent de façon très graphique l'abomination des bombardements, l’impuissance des tanks à protéger les soldats, la procession des hommes qui montent à la rencontre d'une mort certaine. Ils racontent le délitement de l'instinct de survie même. Ils évoquent les mutineries de 17 et leur répression par l'armée, ainsi que la révolution russe en cours. Ils dressent aussi, car la guerre ne changea guère les rapports de classe, le portrait sans concession d'un industriel de l'arrière au cœur dur comme de la pierre. A la fin, en France, le conservatisme a vaincu le diable.

La guerre continue, la série aussi. Rendez-vous bientôt pour la suite.

14-18 tome 7, Le diable rouge, Corbeyran, Le Roux

Aucun commentaire: