mercredi 6 mai 2009

Ce soir sur la Chaine Histoire


La grande guerre mondiale contre les zombies est finie depuis 10 ans ; elle avait duré plus longtemps. "World War Z" est un ouvrage de témoignages écrit à partir de toutes les interviews réalisées pour faire un rapport destiné à l'ONU. Il se donne pour objectif de transmettre, au plus près de la réalité, le vécu humain de la guerre.
Ecrit par Max Brooks (le fils de Mel) déjà auteur du "Zombie survival guide", indispensable ouvrage pour qui veut survivre à la prochaine invasion zombifique, "World War Z" est un roman fascinant. Max Brooks vient de la télévision et ça crève les yeux. Son livre est conçu comme un documentaire télévisé historique. Mis à part une préface de trois pages, le narrateur n'intervient quasiment pas. Il présente le contexte de chaque entretien, pose parfois des questions, et c'est tout. La parole est donné aux témoins. Leurs témoignages se succèdent et ils sont très nombreux.
La multiplication des interlocuteurs permet de balayer toute la (longue) durée de la guerre et d'embrasser la totalité du front terrien. Elle met en lumière les perceptions divergentes, les différences d'analyse, la multiplicité des intérêts. Elle permet de prendre pleinement conscience de la façon dont des individus ordinaires ont réagi à l'incroyable, et de la manière dont toutes les certitutes se sont effondrées, entrainant des réorganisations massives et des changements brutaux de paradigme. Elle ajoute l'émotion vécue à la relation objective des faits. Elle captive le lecteur car chaque part de vérité ajoute une touche sur la fresque impressionniste qui se dévoile peu à peu.
La guerre totale que les zombies ont livré à l'humanité a entrainé l'effondrement de l'économie, victime de sa trop grande dépendance à des processus de production divisés à outrance. Elle a contraint les hommes (ou au moins les occidentaux) à redécouvrir avec la pénurie, le recyclage et l'économie des moyens. Elle a provoqué de grands bouleversements politiques d'un bout à l'autre de la planète. Elle a mis à l'honneur des méthodes de combat efficaces mais moralement très condamnables, rappelant ainsi à la lumière les mânes de Machiavel. Elle a rendu fou beaucoup de ceux qu'elle n'a pas tué. Elle a fait naitre des héros et révélé des salops. Elle a failli détruire l'espèce humaine, et elle a pollué la Terre pour des décennies. Elle n'est, en réalité, pas complètement finie.
En ces temps de (prenez votre souffle pour aller au bout) Grippe AH1N1, la propagation rapide de l'épidémie zombifique facilitée par les transports et le déni initial, puis la panique et l'effondrement économique qui la suit, décrits dans"World War Z" résonnent étrangement comme un avertissement.
World War Z, Max Brooks

La critique d'Efelle

La critique d'Hugin & Munin

La critique d'Arutha

8 commentaires:

Efelle a dit…

Un très bon moment en effet.

Neault a dit…

Voilà un livre qui a l'air intéressant (et qui me fait penser au The Walking Dead de Kirkman).

Dans un autre genre, la grippe AH1N1 me fait penser à mon passage au Lycée (j'étais en 1ère1A1, une appellation particulièrement étrange qui, à voix haute, faisait immanquablement passer celui qui s'en réclamait pour un gentil demeuré (hinhaheinnnn)).

Aigo a dit…

Intéressant. Le genre zombifique m'intéresse de plus en plus. Il m'apparaissait relativement peu présent en romans (trop visuel?) mais celui-ci me semble renouveler le genre, tous médias confondus.

Gromovar a dit…

@ Néault : Si tu as aimé WD (et je sais que c'est le cas), tu devrais aimer ça aussi.

@ Aigo : World War Z est très bien et tu peux aussi lire "Un horizon de cendres" d'Andrevon.

Aigo a dit…

Merci!

Je signale au passage que ton lien vers la critique d'Efelle ne fonctionne pas.

Gromovar a dit…

Ah bon. Je regarde.

GiZeus a dit…

Entièrement d'accord avec ton analyse, rien à redire ;)

Gromovar a dit…

Super :)