lundi 4 avril 2016

La journée d'un journaliste américain en 2889 - Verne


"La journée d'un journaliste américain en 2889", est une nouvelle d’anticipation à l’histoire surprenante, adaptée il y a quelques années en BD. C’est cette forme que j’ai lue.

Texte de commande écrit en anglais ( titré In the year 2889) et publié initialement en février 1889 dans la revue américaine « The Forum », il portait alors la signature de Jules Verne. Or, il est presque acquis que c’est son fils Michel qui l’a écrit, mais la renommée du grand Jules était telle qu’il ne fallait pas la laisser perdre, d’où l’imposture. Le grand auteur était-il au courant? Il semble que oui si on se réfère à un passage d’un courrier échangé entre lui et son éditeur Pierre-Jules Hetzel, cité en postface de l’album.

Toujours est-il qu’un an plus tard Jules traduisit la nouvelle en français (La journée d’un journaliste américain en 2889, qu'on peut lire ici) et la présenta à l’Académie d’Amiens. Il semble que, lors de cette présentation, pris sans doute par l’enthousiasme de la salle, il oublia de préciser que l’auteur initial de la nouvelle était son fils Michel. La carrière littéraire de ce dernier, qui aurait pu profiter de l’estime que reçut ce texte, ne décolla de fait jamais.

Ceci posé, de quoi parle donc "La journée d’un journaliste américain en 2889" ? Comme son titre l’indique, on y suit, sur une journée, la vie de Mr Francis Bennett, propriétaire dirigeant du Earth Herald, le plus grand journal mondial, quasi monopolistique. C’est l’occasion pour l’auteur, à travers un récit qui n’est certes pas transcendant du point de vue romanesque, de recenser les changements majeurs intervenus dans le monde en mille ans. Dans l’album on voit donc :

Des tubes pneumatiques transatlantiques qui remplissent la fonction des avions
Des téléphotes (visiophone et télévision à la fois)
Des aliments aseptiques
Des systèmes automatiques de nourriture à domicile
Des publicités omniprésentes et projetées sur les nuages
Des greffes d’organe
Des « réanimations » d’hibernés
L’allongement de l’espérance de vie
La guerre chimique et bactériologique
La régulation des naissances en Chine

Mais le plus important et visionnaire imho est la soumission des politiques à un pouvoir médiatique devenu le seul véritable. La manière dont Bennett attribue, au gré de ses nécessités, des créneaux d’info, et donc de visibilité, à des politiques qui les mendient rappelle furieusement les pages de « L’Etat séducteur » de Régis Debray.

Il y a plus dans la nouvelle mais la BD est relativement courte. Elle est néanmoins très plaisante. Le dessin, dans un style rétrofuturiste efficace, rend bien l’ambiance du texte. La présentation de l’album, comme premier volume de la collection destinée à la Jeunesse « Science-fiction pour Tous », use et abuse du style ampoulé et pontifiant des pédagogues du siècle dernier, pour le plus grand plaisir du lecteur. La postface est éclairante sur l’histoire de la nouvelle. Elle fait aussi le point sur l’ébullition imaginative de l’époque sans oublier les bios de Jules et Michel Verne, du vrai Mr Bennett, et aussi d’Albert Robida, auteur de merveilleux scientifique un peu oublié aujourd’hui et à qui Michel Verne aurait piqué quelques idées pour sa nouvelle.

Un bien bel objet donc et un bien bon travail de fiction éditoriale.

La journée d'un journaliste américain en 2889, Vandermeulen, Guerse

6 commentaires:

Vert a dit…

Oh le beau bazar entre le père et le fils !

Gromovar a dit…

Yep. Une histoire intéressante que je ne connaissais pas.

lutin82 a dit…

Je l'ai en e-book celui-là. Je me demandais ce que cela valait. Pas mal comme prédictions! Comment se sont achevés les relations entre Michel et Jules ?

Gromovar a dit…

Elles n'ont jamais été vraiment bonnes. Après sa mort il est devenu un genre d’exécuteur testamentaire littéraire de son père.

LireauxWC a dit…

J'avais lu la nouvelle, que j'ai d'ailleurs trouvé pas mal, mais je ne connaissais pas l'histoire "familiale ". Merci pour ce moment de culture !

Gromovar a dit…

You're welcome :)