jeudi 14 mai 2015

Hey Ho Hey Ho To Ragnarök we go

Arrive le quatrième et avant-dernier tome de la série Lucifer. Il rassemble les épisodes #46 à #61.

Que feriez-vous si la fin des temps était proche ? Pas grand chose d’utile sans doute. Manque de pouvoir. Réalisme. Les deux.

Quand la fin de la Création de Dieu (celle dans laquelle nous vivons) devint une évidence incontestable, Lucifer choisit d’abord de ne rien faire, mis à part prendre quelques mesures prophylactiques internes. Après tout, la sienne de Création n’était pas menacée.
Hélas pour lui - et tant mieux pour nous - il s’avère vite que toutes les Créations sont en danger, que toutes seront annihilées, car Ragnarök arrive. Fenrir le loup (nommé ici Fenris et proprement impitoyable) est libéré, il récupère sa mémoire dissimulée, et se prépare à baigner dans le Sang des Proches les racines d’Yggdrasil, l’arbre qui soutient les Créations, déclenchant ainsi la première étape de la fin des temps.

Lucifer, Michael, et Elaine s'allient bon gré mal gré et tentent d’empêcher Fenrir de parvenir à ses fins. S’ils obtiennent un répit, à un prix élevé, les évènements sont néanmoins en branle. La réalité se délite littéralement. La guerre dans les cieux est proche. Les torts anciens seront, ou pas, redressés et sanctionnés. Des personnages gagnent en puissance, d’autres perdent tout, et, de l’aube des temps, la plus ancienne des vengeances cherche à s’assouvir.

Lucifer, anges et séraphins sont en première ligne. Mais on n’oublie pas les familiers du plus beau des anges, chacun dans un rôle adapté à son histoire, à ses faiblesses, ou à son potentiel. On voit ou revoit donc Mazikeen et Briadach se débattre au cœur d’un sacré problème de famille, Jill Presto pérégriner et couver à moins que ce ne soit l’inverse, Gaudium aventurer comme il le fait si bien, avec décontraction et compétence à la fois, là où Spera, sa sœur, le fait avec intelligence et pertinence. On voit enfin Christopher Rudd endosser le costume très surprenant de… Il faudra lire pour le savoir, ce serait trop que de le révéler, mais c’est stupéfiant.

Gros coup dans la gueule avec ce volume. A la différence de Sandman qui est organisé comme une série avec des arcs distincts reliés par un fil rouge, Lucifer est clairement un feuilleton. Les épisodes s’enchainent, chacun à la suite directe ou presque du précédent. Et tant les enjeux que les faits gagnent en énormité au fil du temps. Il y a donc, à la lecture de Lucifer, une impression d’avancée et d’accélération, comme si le récit était une avalanche qui démarre modestement puis acquiert de plus en plus de vitesse et d’énergie jusqu’à devenir proprement terrifiante. Nous en sommes là. "Lucifer Book Four" est terrifiant, et le pire, l’instant où l’avalanche détruit ce sur quoi elle s’écrase, est à venir dans l’ultime volume. Je me rue dessus. Nouvelles suivront. Si je survis à la Fin de Tout.

Lucifer Book Four, Carey et al.

Aucun commentaire: