samedi 3 mars 2012

Who killed Bambi ?


Quand j’ai eu "Le train de la réalité" entre les mains, avec les couleurs décalées sur le Teppaz, j’ai d’abord pensé que l’imprimeur avait pris un peu de Gloire pour se donner du cœur à l’ouvrage, puis que la couverture était en 3D (testé avec les lunettes Real D 3D, pas ça). J’ai finalement déduit que la couverture, comme les textes dixit la 4ème, était expérimentale. Alors, expérimentons.
"Le train de la réalité" est un recueil de nouvelles uchroniques situées dans le monde de Rêves de Gloire. Précisons qu’il n’est pas nécessaire d’avoir lu le roman pour apprécier le recueil, même si ça lui donne une saveur particulière. Que trouve-t-on sous cette étrange couverture ? Six nouvelles (+1) de longueurs variées, entrelardées de témoignages très courts sur l’assassinat du Général (Le Général voyons, le seul et l’unique). Narrées à la première personne (sauf une et pour cause), elles constituent autant de fenêtres ouvertes sur le monde uchronique de "Rêve de Gloire". Nantis de plusieurs points de divergence, celui-ci a largement dévié du nôtre sur les plans politique ou géopolitique (ou musical), en revanche socialement il est assez semblable, tant les sociétés sont d’énormes paquebots à l’inertie phénoménale. Visite donc dans ce monde qui est autre tout en étant le nôtre.

Le lecteur croisera un philosophe borgne initiant libéralement à la Gloire. Il prouvera involontairement que cette substance est une auberge espagnole qui s’est faite plus grosse que le bœuf, et qu’on n’y trouve que ce qu’on y a apporté, mis aux dimensions de l’univers.

Il rencontrera, dans un texte succulent, un espion soviétique enterré dans une librairie SF de Marseille, entre paranoïa, doutes marxistes, et pain du Diable, qui sauvera le grand Albert, lui permettant ainsi d'atteindre un âge canonique et d’intervenir dans le roman.

Il suivra la dérive violente d’un petit groupe d’intellectuels contestataires, à travers les yeux d’une de ses membres qui brosse pour le lecteur une histoire politique sur deux décennies. Gloire, contestation de la société de consommation, autoritarisme, Chicago boys, censure, presse underground, actions situationnistes spectaculaires mais stériles (à fortiori dans une société de censure), financement criminel, hubris mortifère, tout est là dans un récit dont l’aboutissement politique n’est guère plus fécond que celui des radicaux de notre réalité. Sûrement le meilleur texte du recueil.

Il verra bruler les derniers feux des derniers punks d’Alger, éclairés par la punkerie yougoslave.

Il entrera dans la tête d’un gars atteint de MPD. Là, je préfère clairement le dédié Billy Milligan.

Enfin, il suivra la carrière un peu ahurie de blousons noirs sans conscience politique qui prouvent comme il est difficile pour l’avant-garde d’éclairer le prolétariat. Musicalement, vissés dans leurs prénotions rock'n'roll, ils n’adhèreront jamais aux manifestations des nouvelles vagues anglaises et américaines (même si politiquement comme musicalement ils savent s'adapter). Ces gens de peu de conscience, mais habités par l’amour de la (leur) musique et du plaisir qu’elle donne, feront à eux seuls presque toute l’histoire du rock à Alger, sans même s’en rendre compte.

Entre ces nouvelles, les nombreuses versions de l’assassinat du Général. Légendes, fanfaronnades, univers parallèles, tout est possible (même si l’auteur induit, trop à mon sens, une réponse). La réunion des versions réjouira les complotistes de tout poil.

En bonus : Une uchronie agréable à lire sur la famille de Charlie.

Je retrouve "Rêves de Gloire" dans train. Mêmes qualités : multiplicité des points de vue, adaptation du style au point de vue (jusqu’au plus terrib’), grande finesse d’analyses politiques transmises en peu de mots. Même sentiment : je ne vibre vraiment qu’aux textes politiques, même si j'ai beaucoup apprécié les rockers parce qu'ils sont justement une forme d'infrapolitique).
Au final un livre très agréable à lire, drôle et futé, moins grave que "Rêves de Gloire", qui lève le voile sur quelques mystères de notre monde.
Le train de la réalité, Roland C Wagner


7 commentaires:

Efelle a dit…

J'ai une impression que le recueil est hétérogène en te lisant...
Suis je dans l'erreur ?
Je crois que je resterai sur la bonne impression de Rêves de Gloire.

Gromovar a dit…

Pas plus que ne l'étaient les fils entremêlés de RdG.

Efelle a dit…

On va se le noter pour les périodes de vaches maigres alors.

Anudar a dit…

Je note... Quand ma PàL aura réduit un peu :P ...

Gromovar a dit…

Tu peux, ça se lit vite et facilement.

XL a dit…

déjà lire Rêves de gloire qui est un pavé ou attaquer par la face sud ? that is the question
je note ce titre (et j'aime bien les nouvelles en SF, qui permettent de prendre connaissance avec l'univers des auteurs)

Gromovar a dit…

Il me parait plus logique de commencer par RdG. Le train est plus la cerise sur le gateau.