mercredi 28 mars 2012

La ballade de Lord Clancharlie


"Du sel sous les paupières" est le dernier roman de Thomas Day. La 4ème de couv’ nous dit, uchronie, steampunk, conte de fée. Pour une fois, la couverture ne ment pas. Thomas Day ne s’est pas gêné pour mélanger les genres afin de créer un objet inclassable et grisant comme une boisson forte. De quoi est donc composée cette chimère rédigée dans le plus pur style feuilletonniste ?
Uchronie car l’action du roman commence dans une France de l’après Grande Guerre (précisément à Saint-Malo), qui ressemble à celle que nous connaissons sans être exactement la même. La guerre a duré sept ans, elle a beau être terminée depuis un an, elle a laissé derrière elle un « brouillard de guerre » qui couvre le ciel d’un linceul, voile le soleil, et affecte négativement les cultures comme les humeurs. La misère est grande, et le peuple, mécontent, gronde. On se déplacera plus tard dans le récit vers un Guernesey décidément très différent du vrai, puis vers une Irlande pas encore vraiment irlandaise. On sait (ou pas) l’affection irrationnelle que j’ai pour le name dropping, et ici l’auteur s’en donne à cœur joie. Le lecteur croisera donc dans le roman les héros de la révolution irlandaise (Michaël Collins en tête), un colonel de grande taille facilement reconnaissable, un immense auteur français terriblement déformé, deux grands physiciens de l’époque un peu dépassés par leurs découvertes, et un grand poète irlandais mystique.
Steampunk, "Du sel sous les paupières" l’est assurément de par l’existence même de l’un de ses personnages principaux, l’Überspion allemand. Il l’est aussi car la science du monde du roman est, bien malheureusement, en avance sur celle du notre, au moins dans le domaine militaire, comme il se doit.
Mais je crois que ce roman est d’abord et avant tout un conte de fée, dans ce que ce terme peut avoir de plus positif. Mais, attention aux marmots, c’est un conte de fée pour adultes. On y rencontre des monstres, des elfes (dont un prénommé Gwynplaine), des dieux celtes, et on finit même par y voyager dans le Sidh, terre métaphysique des anciens celtes, pour y chercher le salut dans les forces primordiales de la Nature, contraires de celles de la technologie. On y suit les aventures d’un jeune garçon et d’une jeune fille pauvres, courageux et nobles, en quête de survie ; on assiste à la naissance puis à la croissance de leur amour très pur ; on est témoin d’actes d’héroïsme admirables, de grandes preuves d’amitié, de sacrifices absolus. De fait, le roman ramène le lecteur aux grands récits d’aventure de son enfance, pleins de hauts faits rendus évidents par la noblesse d’âme des personnages, et de sombres complots explicables par la noirceur de leurs instigateurs.
"Du sel sous les paupières" est donc manichéen comme un vrai conte, mais il est suffisamment adulte, et d’une écriture suffisamment maitrisée, pour que son manichéisme ne paraisse jamais excessif ou stupide, au contraire. Celui-ci sert le récit, et ce roman offre au lecteur un vrai divertissement, intense, simple, et émouvant, reposant pour l’esprit dans un monde éditorial de personnages torturés et d’histoires tortueuses. Il propose aussi, ce qui ne gâche rien, quelques pages superbes, la mort du grand père, par exemple, étant un modèle de délicatesse et d’émotion contenue, ainsi que le « discours » de Gwynplaine convainquant Mädchen d’accepter son sacrifice.
Au final donc, un roman agréable qui se lit vite et laisse au lecteur le goût du contentement.
Du sel sous les paupières, Thomas Day

8 commentaires:

Lhisbei a dit…

Il est dans ma PAL celui-là (enfin il sera dans ma PAL à la fin mois maintenant :p)

Gromovar a dit…

J'espère que tu aimeras.

Anudar a dit…

Une chronique bien alléchante. Je crois que Xavier va me voir passer Samedi chez Scylla, tiens... Sinon, je vais oublier de l'acheter !

Gromovar a dit…

Yo man :)

Lorhkan a dit…

Ça m'a l'air tout à fait recommandable, j'achète ! :)
Et pour ne rien gâcher, la couverture est très réussie.

Gromovar a dit…

Tiens, tu es online, ça alors !

Efelle a dit…

En voilà un que j'ai oublié d'acheter. Dommage, je ne sais pas quand sera la prochaine session d'achat mais je me le note.

Gromovar a dit…

Allez :)