lundi 10 octobre 2011

Sword to plowshare


C'est un tueur-né dont on a fait une arme invincible. Longtemps sa puissance de combat n'a été égalée que par sa détermination amorale à vaincre à tout prix. Ce n'est plus vrai. Plusieurs dizaines d'année après la guerre apocalyptique qui a permis aux super-villains de prendre le pouvoir en éliminant presque tous les super-héros, Logan (Wolverine) n'est plus qu'un vieil homme fatigué et anéanti. Porteur d'un terrifiant secret, il s'est juré de ne plus jamais combattre. Marié, père de deux enfants, il tente de survivre sur une petite ferme dont il paie le loyer exorbitant aux enfants du clan Hulk. Contacté par un Hawkeye (atteint de glaucome) aussi vieux que lui pour une mission de transport, il n'accepte, à condition de ne pas combattre, que pour payer au clan Hulk des dettes dont le non-paiement signifie la mort. Tous les deux vont traverser une Amérique en ruines pour livrer un peu d'espoir à Washington.
"Old man Logan" est une BD dure, dans la veine de ce qu'a déjà fait Mark Millar sur The Authority ou Judge Dredd. Elle est surtout riche en rebondissements. Les deux héros vieillissants vont de déception en déception, de drame en drame, dans un chemin de croix qui verra la renaissance douloureuse de Wolverine.
Les graphismes, fins et détaillés, servent à merveille l'histoire en n'occultant aucune blessure, aucune destruction, aucun jet de sang. Les couleurs, très lumineuses, explosent au visage du lecteur, et ne lui laissent aucun repos.
Hardcover grand format, "Old man Logan" est un bien beau comic, traduit et publié par Panini, qui a fait ici un joli travail.
Si on n'apprécie pas les comics, on pourra lire avec profit Le dernier de son espèce, d'Andréas Eschbach, sur un thème très proche.
Old man Logan, Mark Millar, Steve McNiven

L'avis de Philippe Fénot

Lu dans le cadre du Challenge Fins du Monde de Tigger Lilly

8 commentaires:

Efelle a dit…

Ah oui mais non, alors là...

Bon faut que j'aille me l'acheter demain... Pfff...

Gromovar a dit…

Je présente toutes mes excuses à Madame Efelle.

Tigger Lilly a dit…

J'aime le postapo où les hommes doivent de nouveau se servir de cheval comme moyen de transport :D
Ça m'a l'air bien sympathique cette bd.

Gromovar a dit…

Le cheval c'est surtout à la fin, comme un poor lonesome cowboy.

Fabien a dit…

les premiers épisodes sont sympathique mais la fin reste très indigeste à mon goût Millar donne dans le gore inutiles et sans lien avec les épisodes précédents, l'avant dernier épisode est une fin qui aurait eu de la gueule.

Gromovar a dit…

D'accord sur le fait que l'arc aurait pu s'arrêter à Washington.

Pour ce qui est du gore, ça ne me dérange jamais, au contraire. J'ai trop eu l'habitude des héros qui combattaient sans sang ni bleus et je suis content du virage adulte de l'édition (quand on plante des griffes de métal dans le ventre d'un gars, ça saigne, et fort, ou alors il faut raconter des histoires de Flash qui règle tout à coup de poings ou de tourbillons venteux).

Pour le dernier épisode, je pense que Millar a voulu satisfaire le fandom et leur rendre Wolverine. Ce n'était effectivement pas indispensable mais ça ne m'a pas géné outre mesure.

Efelle a dit…

Bien aimé l'épisode de New Babylon et sa conclusion "SNIKT !".
Le dernier épisode coulait de source, un bon défouloir.

Vais aller éditer mon billet pour l'indexer au challenge.

Gromovar a dit…

Oui. Un lacher de vapeur salutaire.