vendredi 7 janvier 2011

Boutons l'anglois !



"Orages en terre de France" est une novella de Michel Pagel, agrégée au roman "Le casino perdu" dans l'édition des Moutons Electriques.
La guerre de 100 ans n'a jamais eu de fin. De la Manche aux Pyrénées, les régions continuent d'être prises et reprises, au gré de mortelles offensives séparées par de longues années de paix armée. Aux intérêts matériels qui alimentent la belligérance s'ajoute la haine religieuse entre une France catholique et une Angleterre anglicane.
Il n'y a eu ni Révolution Française, ni séparation de l'Eglise et de l'Etat. Monarchique, la France est toujours la fille ainée d'une Eglise toute puissante ; un cardinal y encore est supérieur à un ministre. L'Inquisition traque l'hérésie puis la réprime par la torture, l'aveu, et la décapitation. De nombreux interdits religieux ont fortement ralenti le progrès technique, et le niveau technologique en ce milieu des années 90 est celui du début du XXème siècle. Le peuple oscille entre fanatisme et lassitude. Dans l'ombre, l'Internationale Athée mène une contestation terroriste qui ne parvient pas à déstabiliser les gouvernements. Le conflit n'est jamais loin, ni dans le temps, ni dans l'espace.
"Orages en terre de France" est constitué de quatre récits, vaguement liés, qui se passent pendant ce vingtième siècle finissant. La guerre y est omniprésente, l'Eglise aussi. Menteuse, manipulatrice, elle manie le dogme pour mieux le détourner quand cela sert ses intérêts, avec la tranquillité paisible de la raison d'Etat. Quand aux hommes, ils y sont profondément veules. De petite lâcheté en grande trahison, de cruauté gratuite en frénésie des bas instincts, les acteurs de ce monde en guerre révèlent ce qu'il y a de moins ragoutant dans la nature humaine. Plus que mille ans de guerre, ce sont les impératifs de la survie dans une société autoritaire qui en ont fait des êtres sans morale. Le monde de Pagel est désespérant, et la seule véritable compassion qu'on y verra est celle d'un déserteur pour une femme morte.
Sans être indispensable, "Orages en terre de France" est néanmoins d'une lecture très agréable, de par l'originalité du cadre proposé et les inventions scénaristiques qu'il permet.
Orages en terre de France in Le casino perdu, Michel Pagel

Lu dans le cadre du challenge Winter Time Travel de Lhisbei

6 commentaires:

Lord Orkan Von Deck a dit…

ça a l'air réjouissant comme lecture !
De quoi ce dire que le monde qu'on connait n'est peut être pas si pourri ...

Lhisbei a dit…

Hop bien notée; Elle était bien cachée celle-là ;)

Gromovar a dit…

@ Lord : En effet, c'est pas très joyeux ;-)

@ Lhisbei : Tellement content de l'avoir trouvée que je n'ai même pas attendu de lire l'histoire-titre pour chroniquer.

A.C. de Haenne a dit…

On m'avais présenté ce livre comme un chef d'oeuvre d'uchronie. Finalement, tu ne sembles pas trop d'accord...

A.C.

Gromovar a dit…

Chef d'oeuvre, faut pas exagérer, mais c'est très agréable à lire.
Si tu cherches de l'uchronie très développée, il y a sûrement mieux.

Gromovar a dit…

Dans le top de l'uchronie je mettrais :

Rex Mundi (le comic)

Le club des policiers yiddish

Les iles du soleil

Et l'énorme Fatherland

Mes posts sont ici si tu veux regarder : http://quoideneufsurmapile.blogspot.com/2010/12/challenge-winter-time-travel_19.html