mercredi 10 mars 2010

Bacigalupi TM


Avec "The windup girl" Paolo Bacigalupi a remporté le prix Nébula 2009. Et ça me parait n'être que justice tant son premier roman est une réussite.
"The windup girl" se passe à quelques siècles (peu) de nous, à Bangkok. Il est dans la suite immédiate de la nouvelle "Yellow card man" dont il reprend, sous un autre nom, le personnage principal qui passe devient ici l'un des seconds rôles.
Foisonnant, chatoyant, le style de l'auteur lui permet de décrire avec moult détails la Bangkok future. Bacigalupi décrit sans jamais lasser, tant ce qu'il décrit est merveilleux. Nous partons donc à la découverte de Bangkok, ville tentaculaire entre palais royal, hermétiquement clos dans lequel vit (?) et règne (?) la Reine Enfant, clubs de débauche où quantité de fantasmes peuvent être assouvis, bidonvilles sordides où la vie ne dure guère, marchés de rue aux mille couleurs, immeubles en ruine, habitables ou non, vestiges de l'ère du pétrole. Cette ville étonnante, où s'entremêlent hitek et lotek, méga-éléphants OGM et pousse-pousses humains, ne survit que derrière d'immenses digues qui la protègent, aidées de gigantesques pompes, de la montée des eaux. Bangkok, peuplée de millions d'habitants, thaïs ou réfugiés chinois, plus quelques étrangers en quête de la richesse génétique de la Thaïlande, est une sorte de Saint-Jean d'Acre de l'avenir, carrefour du monde et des mondes, dangereuse et magnifique.
Bangkok est aussi la capitale de la Thaïlande, l'une des seules nations au monde qui a pu résister simultanément à la famine et au contrôle des multinationales, grâce à sa banque de semence et au travail de ses généticiens. Dans le monde, peu de pays ont réussi cet exploit ; et l'échec des autres a eu pour conséquence la famine, l'émeute, le massacre, l'anéantissement de l'Etat, le retour à la barbarie.
Le monde de "Windup girl", qu'est-il ? Plus de pétrole. L'energie est fournie, un peu, par du fuel de charbon, rare et rationné, et beaucoup par la transformation et le stockage de l'effort animal ou humain. Comme sous l'Antiquité, le moulin à bras est redevenu un générateur de choix, à cette différence que des ressorts en matériaux exotiques permettent de stocker et de transporter l'énergie obtenue. D'énormes progrès ont été faits en génétique et les hackers du monde de "Windup girl" sont des genehackers, qui modifient le patrimoine génétique des êtres vivants à des fins diverses et pas toujours avouables. Humains augmentés et programmés pour être obéissants, Cheshire cats dont la supériorité évolutionnaire a causé la disparition de la race féline originale, entre autres, pestes végétales qui détruisent les cultures et conduisent des nations entières à la famine à moins que celles-ci n'acceptent "l'aide" des multinationales du grain qui leur vendront des semences OGM stériles, maladies nouvelles, contagieuses et mortelles, élaborées par on ne sait trop qui sur le mode des virus informatiques, et j'en passe.
Dans ce décor absolument dépaysant, agissent des personnages complexes, dont les motivations publiques ne concordent que rarement avec les motivations privées, et qui tous luttent désespérément pour obtenir quelque chose qui leur parait indispensable. Survie, retour dans l'élite, enrichissement, pouvoir politique, honneur, tout les acteurs de "Windup girl" misent gros, jusqu'à leur vie, dans la lutte qui oppose la Thaïlande au reste du monde, le ministère de l'environnement à celui du commerce, la sécurité à la rentabilité, le peuple thaïlandais aux institutions thaïlandaises. Il y a chez les héros du roman une telle opiniâtreté qu'aucun ne laisse indifférent, qu'il soit héroïque, pathétique, répugnant, ou attendrissant. Bangkok est un personnage à part entière du livre, peut-être le plus important, mais les héros humains, et même les non-humains, ne sont pas en reste.
La lutte pour préserver la Thaïlande de l'influence des compagnies étrangères est passionnante de bout en bout, celle pour survivre dans un monde hostile ne l'est pas moins, et on pose le livre enchanté d'avoir visité cette Bangkok et d'en avoir vu tous les secrets dévoilés, et espérant secrètement un nouveau voyage dans ce pays, ou du moins dans ce monde, le plus rapidement possible.
The windup girl, Paolo Bacigalupi


L'avis du Traqueur Stellaire, et celui de Tigger Lilly

11 commentaires:

Efelle a dit…

Voila qui parait intéressant et tu es diablement convainquant... :)

Déréglé temporel a dit…

En effet, ça a l'air bien.

Je me trompe ou tu as un faible pour le cyberpunk et le post-apo?

Gromovar a dit…

@déréglé : Damned ! Je suis démasqué :-)

Lord Orkan Von Deck a dit…

Je n'en avais jamais entendu parler. Mais là, ça m'intrigue

Gromovar a dit…

Laisse-toi tenter. C'est vraiment séduisant.

Munin a dit…

Merci de me désabonner de votre spam ou je saisis la CNIL !

;)

Anudar a dit…

Après l'avoir lu, je comprends tout à fait ton enthousiasme. C'est en effet du lourd, et bien écrit de surcroît...

Gromovar a dit…

Superbe :)

Gromovar a dit…

Superbe :)

Endea a dit…

"Dans ce décor absolument dépaysant, agissent des personnages complexes, dont les motivations publiques ne concordent que rarement avec les motivations privées, et qui tous luttent désespérément pour obtenir quelque chose qui leur parait indispensable."
Complètement en accord avec ce passage. Un monde de survie très cruel mais somme toute normal dans ce genre de situation. Un très bon roman, bien que difficile à saisir (pour ma part)

Gromovar a dit…

Un très grand roman c'est sûr. Bienvenue au club :)