lundi 30 novembre 2009

Décevant


Je suis un vrai amateur des romans de RC Wilson et un fanatique de la littérature post-ap ; "Julian Comstock" avait donc à priori tout pour me plaire. Au 22ème siècle, le monde est revenu au niveau technologique du 18ème siècle à cause de la fin de ce que Wilson nomme "l'efflorescence du pétrole". Passés "la chute des cités" et "la fausse tribulation", une version déformée de la société américaine, féodale et cléricale, s'est mise en place. Julian Comstock, jeune aristocrate voué à la mort par son oncle, le tyrannique Président Deklan, part à la guerre, devient un héros, devient Président après un coup d'Etat, s'attaque à la toute puissance de l'Eglise et meurt de la variole.
Fourmillant d'idées, le roman ne sait jamais devenir intéressant, par la faute d'un narrateur, proche de Comstock, falot et absurde, et d'une trame narrative désespérément lente et tangentielle. Quand au contexte post-ap, il n'est qu'un décor, jamais utilisé, sauf pour justifier la volonté, avortée, d'une Renaissance. Une vraie déception.
Julian Comstock, Robert Charles Wilson

jeudi 19 novembre 2009

Enfin !


J'ai rarement mis autant de temps pour terminer un livre. L'anthologie "New space opera 2" est très inégale et très longue avec 19 textes, de bonne longueur pour la plupart. On y croise de l'humain, du post-humain, du presque sans humain, mais aussi du très classique ne méritant pas vraiment le qualificatif New accolé à Space opera dans le titre. Un certain nombre de textes humoristiques. Du très court au très long. Qu'ai-je trouvé à mon goût dans cet hétéroclite équipage ? Malheureusement peu de choses.

Robert Charles Wilson, Utriusque Cosmi
, texte décevant de Wilson dans lequel manque ce qui habituellement fait sa force, des personnages détaillés et attachants (je n'écris jamais d'habitude, pour les anthologies, sur les textes que je n'ai pas aimé, je le fais ici car j'attendais vraiment mieux de Wilson).

Peter Watts, The island, peut-être la meilleure nouvelle. Dans un écrin d'action, une réflexion passionnante sur les formes que peut prendre l'intelligence, un huis-clos hostile entre un vaisseau et son équipage, et une illustration futée de la culpabilité de l'homme blanc, même dans l'espace profond.

John Barnes, The lost princess man, excellente histoire au style noir. Nombreux twists et un usage plutôt amusant et original de la réalité vurtuelle.

Neal Asher, Shell game, une histoire de guerre sur fond de fanatisme religieux. L'arme utilisée pour gagner la guerre est le fanatisme lui-même qui l'a engendrée. Inventive nouvelle de military space opera.

Garth Nix, Punctuality, ultra-courte nouvelle avec un joli petit twist final.

Bill Willingham, Fairless space pirates of the outer rings, une amusante histoire très old style space op qui aurait pu être écrite dans les années 50. Enlevée et drôle, c'est un plaisir de lecture. A noter que Bill Willingham est l'auteur du comic "Fables" dans lequel les personnages de contes de fées vivent ici et maintenant, ou presque.

Elizabeth Moon, Chameleons, très belle histoire noire dans une station spatiale. Comment un bienfait n'est jamais perdu, et comment les king's men deviennent des king's men.

Tad Williams, The tenth muse, c'est une histoire agréable à lire, un peu gâchée à mon sens par une fin improbable.

John Scalzi, The tale of the Wicked
, bel hommage à Asimov et à ses lois de la robotique. Exégèse et prosélytisme. Surprenant de bout en bout, avec une vraie maitrise du "style" Asimov.

Voila ! 8 sur 19. Le reste...

Faudra que j'essaie de lire un roman de Scalzi.

The new space opera 2, anthologie

dimanche 8 novembre 2009

Pré-lynchien


Rien de fantastique dans "Enfer clos" malgré son tag, et pourtant le récit proposé est tellement borderline qu'il m'est impossible de ne pas le qualifier ainsi.
Tiré d'un fait réel, "Enfer clos" décrit l'enfermement de deux frêres et leurs deux soeurs qui, pour échapper à la honte, se cachent dans une maison de campagne à la fin de la guerre, en 1945, et n'en ressortent que 40 ans plus tard. 40 années de claustration durant lesquelles ces 4 prisonniers volontaires vont descendre jusqu'au fond de la bassesse et de la folie. Violences quotidiennes, viols incestueux, meurtre, cannibalisme ; en un temps aussi long les démons de l'esprit humain ont pu développer tout leur potentiel.
La narration de Claude Ecken retranscrit bien l'effacement progressif du temps dans une vie où n'existe plus qu'un éternel présent. Il introduit aussi subtilement la folie qui affecte tous ces prisonniers volontaires. Le roman se lit d'une traite tant on a envie de savoir jusqu'où ça peut aller.
Sur le pourquoi de ce déchainement de folie, Ecken ne donne explicitement pas d'explication. Il ne sait pas. Sur la passivité du village proche qui a vécu en sachant que cette maison existait et qu'il s'y passait de curieuses choses, non plus. En ce qui me concerne, ça m'a remis en mémoire un passage de Khalil Gibran : "Souvent je vous ai entendu parler de celui qui fait un faux pas comme s'il n'était pas l'un des vôtres, mais un étranger parmi vous et un intrus dans votre monde. Mais je vous dis que comme les saints et les justes ne peuvent s'élever encore plus haut que ce qu'il y a de plus noble en vous, ainsi les méchants et les faibles ne peuvent également sombrer plus bas que ce qu'il y a de plus vil en vous. De même que pas une seule feuille ne peut jaunir sans que l'arbre entier le sache tout en restant discret, ainsi nul homme ne peut mal agir sans que vous tous le vouliez en secret.".
Un seul regret, le style d'Ecken manque de folie et il ne donne pas à cette histoire lynchienne la démesure qu'elle imposait.
Enfer clos, Claude Ecken

L'avis des Singes de l'espace

Banalité du mal


Dans le devoir de mémoire, ce qui m'a toujours gonflé c'est le devoir. La mini-série "Magneto : le testament" donne envie de faire ses devoirs d'Histoire. Néault en parle très bien ici, je ne vais pas dire moins bien sur mon blog ce qu'il dit mieux sur le sien. Je dirai simplement ici que c'est une très bonne idée pour tout un chacun de lire "Magneto : le testament", tant il est parfois vrai qu'un bon dessin vaut mieux qu'un long discours.
Magneto : le testament, Pak, Di Giandomenico