jeudi 26 février 2009

Bien mieux


"Soeur Ynolde" est le deuxième (et pour l'instant dernier) volume de la pentalogie du Panca de Pierre Bordage. Il fait suite à "Frère Ewen", chroniqué ici.
On retrouve dans "Soeur Ynolde" ce qui fait la qualité des romans de Bordage, sur lesquels j'ai déjà longuement disserté dans deux posts précédents, sans les défauts du premier tome. Ici on ne geint pas. Ca fait du bien. Reste le mélange de SF et de fantastique, typique de l'auteur, qui fait que ces livres ressemblent à des récits mythologiques. Le destin y joue un rôle central et les choses s'y passent parce qu'elles doivent s'y passer. J'ai déjà écrit que la liaison SF/Fantastique se faisait sans problème, c'est encore le cas ici. Et c'est un grand plaisir de lecture parce que c'est de la grande aventure. Les deux personnages principaux sont passionnants, avec une mention spéciale pour le superbe assassin Silf. Après le sentiment mitigé du premier, j'attends maintenant avec impatience le tome suivant.
Soeur Ynolde, Pierre Bordage

mercredi 25 février 2009

Une hirondelle ne fait pas...


Et non, il n'est pas sorti. Ce n'est que la couverture. Néanmoins George R. R. Martin vient d'écrire sur son blog :

TA DA !

"I am trying to finish the book by June. I think I can do that. If I do, A DANCE WITH DRAGONS will likely be published in September or October."

Ca vaut ce que ça vaut mais je préfère lire ça plutôt que : "J'aurai fini en 2012".

Gardons espoir !

lundi 23 février 2009

Dystopie pour débutants


"Zen city" est une dystopie quasi-réaliste. Elle décrit le fonctionnement d'une cité "idéale" centrée sur la consommation et la réalisation personnelle (et sur la consommation comme moyen de la réalisation personnelle), sur l'idée en particulier que le temps libre devrait être utilisé à consommer des services et qu'il y a toujours des moyens plus efficaces pour "inciter" les hommes à consommer, et pour ce faire à travailler. Le roman développe des thèmes qui sont au coeur de la critique anti-consumériste et anti-productiviste, les thèmes qu'on trouvait par exemple dans le "No logo" de Naomi Klein. Mais c'est surtout au Herbert Marcuse de "L'homme unidimensionnel" qu'on pense en lisant "Zen city". L'aliénation au travail par la consommation, qui était le thème de son ouvrage prophétique, est au centre de la problématique du livre et elle est illustrée d'une manière assez originale par la cession de parts de salaires en contrepartie de l'achat de biens ou de services. La société d'ultra-consommation est alors décrite comme un totalitarisme doux dans lequel la docilité est assuré par l'accoutumance au revenu et à la consommation (largement futile) qu'il permet. On peut penser aussi au "Days" de James Lovegrove pour la place centrale accordée au centre commercial "Zen market", nexus de la vie de "Zen city", et peut-être bientôt de notre vie dominicale si le travail du dimanche devient réalité. Dans le même ordre d'idées, les différents moyens de développer la productivité personnelle mis à la disposition des salariés et l'attention aimante dont les sociétés de "Zen city" font montre à leur égard rappellent assez le code d'Hammourabi qui prévoyait la répudiation des femmes sexuellement inactives afin d'assurer la satisfaction de ses sujets masculins, et par là même leur collaboration bienveillante .
Comme toujours dans ce type d'ouvrage, le héros va se trouver impliqué dans un groupe de "résistants" aux intentions pas si claires qu'ils veulent le faire croire. Il va alors découvrir les tentatives de manipulation à grande échelle dont se rendent coupables les fondateurs de "Zen city" qui appliquent de manière empirique les dernières avancées du neuromarketing.
Qu'on ne comprenne pas mal le titre de ce post ! "Zen city" est un livre que je recommande. Mais je le recommande plutôt aux lecteurs de ce blog comme un cadeau à offrir à des personnes un peu novices dans le fantastique. Pour des personnes plus habituées, la dystopie est trop légère pour être réellement prenante. L'auteur a voulu rester le plus près possible de technologies existantes (explications en annexe à l'appui) pour démontrer que ce qu'il décrit est presque la réalité, mais l'amateur de SF préfèrera du Ballard qui sait aller un peu plus loin dans la folie.
Zen city, Grégoire Hervier

samedi 21 février 2009

Etoile du matin


Couverture : une illustration belle et attirante. 4ème de couverture : un résumé imprécis et une bio de l'auteur Maïa Mazaurette ; je cite "Maïa Mazaurette est journaliste...auteure...d'un essai aux éditions La Musardine". Là, je vis un grand moment de bonne humeur. En effet, Maïa Mazaurette est connue dans la blogosphère pour être la sémillante rédactrice du blog sexactu. Pour ce qui est de l'essai aux éditions La Musardine, ce doit être celui-ci. La pruderie par omission des éditions Mnémos est assez sidérante. Avait-on peur d'effrayer des mémés susceptible d'acheter "Dehors les chiens, les infidèles" à leurs petits-fils ? Car il n'y aucun rapport entre les deux types d'oeuvre.
"Dehors les chiens, les infidèles" est un court (300 pages) roman de dark fantasy. Et c'est une vraie réussite. Dans un style très fluide, Maïa Mazaurette décrit un moyen-age uchronique où les forces du Mal auraient vaincu celles de l'Eglise. Depuis, le ciel est noir, froid, et le monde se meurt. Puis une découverte met à portée de main le moyen pour le Bien de reprendre la préeminence.
Maïa Mazaurette met en scène des personnalités complexes et torturées, pétries de contradictions. Les personnages sont tous finement détaillés et aucune part de leurs pensées ne nous est cachée. Ce sont leurs motivations qui font avancer le récit, des motivations qui évoluent rapidement en phase avec les opportunités offertes par le chaos ambiant.
Dans un monde brisé depuis trois générations, l'apparition d'un espoir bouleverse tous les équilibres, pas toujours pour le meilleur. Le roman parle de duplicité, de complots anciens, de la manière dont l'Histoire est écrite par les vainqueurs, voire réécrite par eux pour être plus utile. Il illustre la pensée fulgurante d'Hannah Arendt qui explique en quelques mots dans "Condition de l'homme moderne" comme il est difficile d'être un saint. Il démontre que, parce que "les voies du Seigneur sont impénétrables", il est facile de mal interpréter ses signes, signes qui sont interprétés sans vergogne et de la manière la plus rude par les fanatiques de l'Inquisition, paranoïaques et exaltés. Il montre enfin un système politique qui ne vise qu'à se maintenir envers et contre tout, en recourant à l'assassinat et au mensonge ; la monarchie décrite par Maïa Mazaurette est florentine. A l'encontre de ce système, une révolution, trahie, comme toutes les révolutions, et un nouveau régime fondé sur un bain de sang.
A part quelques pages au début, Maïa Mazaurette ne décrit pas la société du Mal, elle décrit la société du Bien. Et ce n'est guère reluisant. C'est ce qui fait l'originalité du livre. C'est quand l'artefact salvateur est retrouvé que le chaos commence, comme si la fin du "Seigneur des Anneaux" signait le début de la guerre entre les hommes.
Mis à part un peu de confusion à certains moments et certain fils pas vraiment dénoués, j'ai pris un énorme plaisir à lire un roman dont les enjeux se situent bien plus dans le champ politique que sur le champ de bataille (qui n'est d'ailleurs toujours qu'entrevu au loin, alors que tout ce qui compte se passe dans le camp des forces du Bien).
Dehors les chiens, les infidèles, Maïa Mazaurette

La critique de Cédric Jeanneret

L'avis d'Anudar

L'avis du Traqueur Stellaire

mardi 17 février 2009

Pour la vue


"Bone song", de John Meaney, est le premier livre de la trilogie "Tristopolis". C'est un mélange assez inédit de policier noir et de dark fantasy.
Commençons par ce qui n'est pas optimal dans ce roman. La partie noir ou hard-boiled est très (trop ?) classique. Flic incorruptible, tensions internes aux services, corruption, infiltration profonde et risquée, tout ici a déjà été vu ailleurs. Ca ne signifie pas que ça a été mal réalisé, le suspense est même mené à un rythme qui pousse à lire vite, très vite, pour en savoir plus, mais ce n'est en rien original ou innovant.
Ce qui est passionnant, en revanche, c'est le contexte dans lequel cette enquète prend place. La ville de Tristopolis se situe dans une réalité alternative gothique. Faisons-y un tour rapide, j'espère qu'il vous donnera l'envie d'y déambuler aussi. A Tristopolis, la magie est utilisée pour quantité de choses triviales ou capitales, en particulier, ici, dans le domaine des enquètes policières; des morts-vivants participent, volontairement ou sous la contrainte, à la vie sociale; les morts ou les mourants sont utilisés comme source d'énergie. Un immense réseau d'archives est lu par des prescients qui souffrent pour ce faire. L'architecture est faite de tours immenses ornées de symboles cabalistiques, construites sous un ciel perpétuellement pourpre. Quantité d'objets sont animés par des esprit liés qui leur donnent une vie propre et des fonctions additionnelles. Des chiens de l'enfer assurent la sécurité. Ce foisonnement est particulièrement visuel. Rapidement on parcourt en esprit les rues de Tristopolis en compagnie de Donal Riordan, lieutenant de police cherchant à élucider une série de meurtres dont les victimes sont des acteurs ou des chanteurs d'opéra. Cette ville évoque, si on doit la comparer, d'autres créations artistiques. On pense au Tim Burton de "L'étrange Noël de Mr Jack" pour l'ambiance gothique, à New Crobuzon, la ville de "Perdido Street Station", pour le foisonnement exotique, à l'univers de la BD "Le régulateur" de Corbeyran pour le design art déco steam, à l'extension de Dongeons et Dragons "Planescape" pour la place centrale accordée à la douleur commme prix à payer pour toute connaissance. Enfin, les objets semi-conscients et l'immense réseau d'archive évoquent un univers de type cyberpunk. Beaucoup de références donc, plutôt bien utilisées et mixées. Découvrir Tritopolis est un vrai plaisir. Le lecteur a vraiment le sentiment de parcourir une terre (très) étrangère. Et, en ce qui concerne la partie policière proprement dite qui est l'occasion de parcourir les rues et les souterrains de cette fascinante métropole, j'aurais une petite mention pour deux twists finaux que je n'avais pas envisagés. Et je crois bien que je lirai sous peu les deux suites qui prolongent la découverte de ce superbe univers.
Bone song, John Meaney

jeudi 12 février 2009

BOF


Décidément, j'ai pas vraiment la gagne en ce moment. De cette très médiocre anthologie, je n'ai pu sauver que deux choses, deux auteurs que je n'avais jamais lus, et leur très originaux cycles. Je n'ai donc pas complètement perdu mon temps mais c'était limite.
Mes deux découvertes (autres ouvrages déjà commandés) sont :
John Meaney pour le cycle gothique noir de Tristopolis
SM Stirling pour le cycle uchronique du Changement
Sideways in crime, Anthologie

dimanche 8 février 2009

Indispensable


C'était excellent, incontestablement l'un des meilleurs livres de 2008. Si vous l'avez raté en anglais il est maintenant dispo en français (merci à Efelle pour l'info).
Le club des policiers yiddish, Michaël Chabon

La critique de Cédric Ferrand

La critique d'Efelle

Ne jamais céder


Vu "Valkyrie" (la tentative échouée d'assassinat d'Hitler par des généraux de la Wehrmacht) hier au cinéma, dans un horrible cinéma truffé de djeunz' et de gens (heureusement ils n'avaient pas envie de voir ce film et filaient dans d'autres salles).




Vu "Hunger" (la grève de la faim de Bobby Sands pour obtenir le statut de prisonniers politiques pour les militants de l'IRA) il y a un mois dans une salle quasi-vide.


Dans les deux films le message primordial est le même. Il ne faut jamais céder. Il faut toujours résister, même au prix du péril. Ce n'est visiblement pas un message très adapté à une France contemporaine de consommateurs infantiles.

L'homme qui valait moins qu'un kopek


"Le dernier de son espèce" est un roman d'Andréas Eschbach, le génial auteur de "Des milliards de tapis de cheveux". Dans un genre complètement différent c'était une véritable réussite. Qu'en est-il du "Dernier de son espèce" ?
Tout le monde se souvient je pense de "L'homme qui valait 3 milliards", série culte des années 70 dans laquelle Steve Austin, astronaute (joué par l'inénarrable Lee Majors), devenait le premier homme bionique et travaillait pour les services secrets ; dans "Le dernier de son espèce", le programme a vraiment existé. Des cyborgs ont été créées en ajoutant des parties bioniques à des soldats pour en faire des surhommes. Ils y ont gagné une énorme puissance physique, mais y ont énormément perdu en terme de qualité de vie. Puis le programme a été abandonné et tous se sont dispersés. Ils ont vieillis, leurs implants ont vieilli aussi. Ces surhommes déchus connaissent simultanément un vieillissement organique et un vieillissement mécanique, après avoir fait le deuil de leurs illusions (il y a du Faust et de l'Icare dans ces hommes). Et pour couronner le tout, après dix ans de retraite anticipée, le passé les rattrape.
"Le dernier de son espèce" est un superbe roman. Il parle de manière très émouvante de la vieillesse et de la désillusion. Il est une interrogation sur la "vie bonne", et sur l'utilisation qu'on doit faire du temps si on ne veut pas le gaspiller alors qu'il est la seule chose précieuse et la seule vraie propriété de l'homme. Il est un éloge du stoïcisme comme moyen de supporter la vie et son adversité (le héros du livre est tellement convaincant que j'ai commencé, comme lui, à lire Sénèque, dont les pensées servent d'exergue à chaque chapitre). C'est aussi une histoire de trahison et de dissimulation, de celles dans laquelle la moindre information fait l'objet de rétention, car après avoir passé une vie à mentir il est impossible de traiter la vérité d'une manière simple.
Le personnage principal est magnifiquement développé et il est impossible de ne pas compatir à ce qu'il subit, tout en admirant la sérénité que la philosophie a fini par lui apporter (la fin est à cet égard exemplaire). Dans le huis-clos extérieur que constitue le petit village irlandais où se déroule l'action, ce vieux soldat déchu met en application la sagesse stoïcienne dans un détachement progressif qui l'amène à accepter ce que les stoïciens appellent "les choses sur lesquelles l'homme n'a pas de prise".
Voici donc un beau livre, émouvant et intelligent (et très lisible par quelqu'un qui n'est pas un lecteur habituel de SF, pensez à vos jeunes amies).
Le dernier de son espèce, Andréas Eschbach

La critique d'Efelle

lundi 2 février 2009

BOF


Tout le monde, partout, chronique tout le bien qu'il pense de "Pixel Juice". Il est vrai que Jeff Noon a un style chatoyant et novateur (le son de Manchester en littérature ?).
MAIS, "Pixel Juice" se compose d'histoires très courtes, trop courtes. A de rares exceptions près, on pense au début de chaque histoire qu'il va se passer quelque chose, et à l'arrivée il ne s'est pas passé grand chose.
Ce recueil est beau, il promet plus qu'il ne donne, ce recueil est une allumeuse, et y pénétrer c'est aller droit au coïtus interruptus.
Pixel Juice, Jeff Noon