mardi 7 juillet 2009

La banalité du mal


"La banalité du mal", Hannah Arendt l'a décrite, Jack Ketchum la montre.
"Girl next door", sorti il y a peu chez Bragelonne Ombre sous le titre "Une fille comme les autres", est l'adaptation libre de l'affaire Sylvia Likens qui avait stupéfié les Etats-Unis en 1965. La séquestration et la torture, trois mois durant jusqu'à l'issue fatale, d'une adolescente de 16 ans par la femme qui en avait la garde, ses enfants, et plusieurs jeunes du voisinage.
Jack Ketchum reconstruit les faits et les livre au lecteur avec une précision d'entomologiste. On ne peut d'ailleurs s'empêcher de penser, à la lecture du roman, que les évènements décrits ressemble à la torture d'un insecte capturé par un groupe d'enfants. Il y a la même insensibilité, la même absence de limite morale, le même sentiment paisible de toute puissance qu'on ne trouve que chez les psychopathes et que les enfants cessent normalement très tôt d'éprouver.
Sylvia Likens a été torturé longtemps et par beaucoup de monde. C'est en cela que son cas est exemplaire. Les enfants battus sont généralement le fait d'un parent ou tuteur violent. Les meurtres ou torture en bande existent mais ils sont des actes de forte intensité et de courte durée. Ici groupe et durée sont réunis; trouver une explication est difficile.
Le seul embryon d'explication donnée par la tortionnaire était qu'elle voulait donner une leçon à Sylvia pour lui apprendre que les femmes souffrent toujours à cause de leurs désirs. La féministe Kate Millet a consacré un ouvrage "The basement" à l'affaire qu'elle analyse comme une volonté d'oblitérer la féminité.
Autorisés, encouragés, aidés et supervisés par une mère folle, les adolescents du voisinage libèrent leur tension sexuelle dans le sadisme. Comme l'avait montré Milgram dans sa fameuse expérience, la permission d'outrepasser les codes moraux donnée par une autorité permet à presque tout un chacun de s'en abstraire. Et le travail d'Adorno sur la "personnalité autoritaire" ne dit pas autre chose.
Jack Ketchum fait raconter cette histoire, après coup, par un témoin passif et il place ainsi la lecteur dans la position dérangeante de ce témoin qui voudrait aider mais ne peut s'empêcher de regarder pour savoir, comme il l'écrit, jusqu'où ça peut aller. J'ai lu "Girl next door" en une après-midi, fasciné, hypnotisé, comme par un serpent. Ce livre mort. On en sort épuisé.
Deux films ont été tirés de l'affaire : Girl next door et An american crime.
Girl next door aka Une fille comme les autres, Jack Ketchum

5 commentaires:

arutha a dit…

Abominable. Nous sommes donc, nous, les êtres humains ces créatures capables de tant d'horreur ?
J'ai bien peur que nous soyons même les seuls.
Foutue espèce supérieure !

Je ne suis pas sûr d'être pressé de lire ce livre qui doit être insoutenable.

El Jc a dit…

Bonsoir Gromovar,

Je vais faire comme mon petit copain Arutha et m'abstenir. Je sais que Ketchum a une plume qui fait mouche, et je lui fais confiance pour rendre cette sordide histoire particulièrement saisissante. Je ne suis pas certain pour ma part de supporter cette débauche d'ultra violence et ce regard cru posé sur cette part d'inhumanité.

Gromovar a dit…

Je ne peux décemment vous le reprocher.

Wade Wilson a dit…

Je n'ai pas encore lu d'oeuvres de Ketchum, mais je te conseille de voir The Lost qui est l'adaptation du roman éponyme et qui possède une ambiance vraiment particulière.

Gromovar a dit…

OK, je m'y attelle.