mardi 29 avril 2008

Golgoth rulez


Pour importateurs de comics.
"Empire" est une série du grand Mark Waid qui a connu une carrière mouvementée, non seulement aux USA, mais aussi ironiquement dans sa version française. Commencée chez l'éditeur indépendant Gorilla la série est arrêtée pendant quelques années à mi-parcours, puis republiée dans une version terminée par DC Comics. En France, la moitié de la série a été publiée en un volume en Semic Books et, naturellement, la fin de Semic, malgré une reprise partielle par Panini, a empéché la publication de la deuxième moitié. D'où l'impérieuse nécessité de se procurer une version US si on veut profiter de ce moment de pur bonheur en entier.
"Empire" est (peut-être) le seul comic qui décrit un monde où le super-vilain a gagné. "Empire" décrit la vie d'un dictateur impitoyable qui marche vers la domination mondiale en réduisant les dernières poches de résistance, le rêve du Doc Fatalis. Le comic est très excitant a lire. Les personnages sont beaux, la violence explose dans les planches, les scènes de torture (un dictateur a besoin de services de renseignements efficaces) ou de sexe sont traitées de manière adulte, sans les limitations d'une classification "jeunes". Mais c'est surtout le scénario qui fait la qualité de ce comic. "Empire" montre la solitude du pouvoir dictatorial. On a presque de la sympathie pour Golgoth, maitre du monde entouré de ministres sur lesquels il a tout pouvoir mais qui complotent contre lui, obligé d'éliminer des personnes qu'il aime pour renforcer son contrôle, incapable d'arrêter l'expansion de son empire et de jouir du pouvoir qu'il a conquis. "Empire" décrit le fonctionnement d'une cour maléfique - les interactions d'un groupe de Chaotic Evil pour les amateurs de ADD - et valide la croyance qui dit : "There's no honor among thieves". "Empire" a lieu dans un monde où le débarquement en Normandie a échoué. "Empire" est sombre et désespéré, il n'y a pas de Deux ex machina.
Empire, Waid, Kitson, Pascoe

L'avis d'Efelle

vendredi 25 avril 2008

Slash the slashers


Pour les lecteurs de comics anglais, voici une série particulièrement rafraichissante. "Hack/Slash" raconte les aventures de Cassie Hack, une jeune fille qui a été confrontée de très près à un serial killer. Y ayant survécu, elle s'est donnée pour mission de traquer et d'abattre les serial killers et les slashers (ces derniers étant la version surnaturelle des premiers, dotés de pouvoirs surhumains, et largement capables de revenir de la tombe ; pensez au nombre de fois où Jason Voorhees est revenu d'entre les morts). Assistée d'un ami au physique étrange nommé Vlad, Cassie Hack traque ces malfaisants dans tous les Etats-Unis.
Le background de la série est très réussi et visite tous les passages obligés de la culture geek américaine. Une enquête par exemple se déroule lors d'un Spring Break, d'autres ayant pour cadre une convention de comics, un concert de black métal, un monde peuplé de goodies, etc. Enfin, Cassie rencontre aussi des slashers connus du monde cinématographique tels que Chuccky.
Ca saigne, ça coupe, ça brule, ça dévore, et autres délicatesses qui sont le sel des films d'horreur. Quand on aime c'est exquis.
Le graphisme varie fortement d'un épisode à l'autre du fait de l'intervention de dessinateurs différents. On préfèrera tel ou tel graphiste suivant son propre goût, mais les créatures sont toujours abominables, les meurtres très graphiques et Cassie très mignonne. Le scénario oscille sans cesse entre le sérieux d'une enquête où des vies sont en jeu et un humour second degré bien venu, et ces oscillations sont plutôt réussies, le dosage étant tel qu'aucun des deux aspects ne neutralise l'autre.
Le tome 4 sort bientôt, ça vous laisse juste le temps de lire les 3 premiers.
Hack/Slash, Tim Seeley

mardi 22 avril 2008

Oyez ! Oyez !

Pour les heureux lecteurs qui vivent près de l'embouchure du Rhône, sachez qu'un grand rassemblement d'auteurs et de passionnés de fantasy, et plus largement de fantastique, se tiendra à la bibliothèque Méjanes à Aix en Provence, du 24 au 26 avril.
On pourra y assister à des conférences, des tables rondes, des reconstitutions historiques, des concerts, des projections, etc. Le riche programme complet est là. On pourra aussi rencontrer des auteurs pour des signatures et plus si affinités. Ainsi seront présents : Pierre Bordage, David Calvo, Jacques Baudou, Gilles Servat, Édouard Brasey,Philippe Monot, Mélanie Fazi, Xavier Mauméjean, Gilles Francescano. En ce qui me concerne mes préférés sont le 1, le 7 et le 8.
Venez nombreux !
Entrez en fantasy, Aix Méjanes

mercredi 16 avril 2008

Ïa Cthulhu F'thagn


Vu l'autre soir "The Mist" en DVD zone 1.
Triste destin français que celui de ce film. Sorti en janvier dans très peu de salles en France et sans aucune promotion, retiré de l'affiche la plupart du temps la semaine suivante, il n'a fait aucune carrière. Et c'est bien dommage.
Adapté d'une novella de Stephen King, "The Mist" est un film résolument lovecraftien. Retranchées dans un supermarché, et confrontées à une horreur mortelle mais peu visible, des personnes ordinaires auront des réactions extraordinaires, dans tous les sens du terme. Le huis-clos, l'horreur cachée, l'incompréhension, la brutalité, la noirceur absolue, tout évoque Lovecraft de manière infiniment plus convaincante que les films quasi-comiques de Stuart Gordon ne l'avaient fait. Et Marcia Gay Harden (la mère de Mystic River) est impressionnante.
Il sortira prochainement en zone 2. Vous savez ce qu'il vous reste à faire.
The Mist, Frank Darabont

samedi 12 avril 2008

La grande méchante vulgate


"Tandis que la règle du capitalisme américain est "permettre aux nouvelles entreprises de voir le jour", il semble que celle du capitalisme français soit "permettre aux vieilles entreprises de ne pas mourir" ! Mais le capitalisme français ne peut obtenir ce résultat contre nature sans une intervention active de l'Etat. C'est ce qui doit changer." Cette phrase n'est pas de Von Hayeck, chef de file des ultra libéraux, mais de Léon Blum, le leader historique du Front Populaire. Elle est citée dans "Le grand méchant marché".
Dans leur petit livre publié récemment Augustin Landier, prof de finance à NY University, et David Thesmar, prof à HEC et lauréat du prix du meilleur jeune économiste, s'attaquent à la vulgate anti-libérale française.
Au fil d'une démonstration rigoureuse appuyée sur un nombre très important d'études économiques de référence, les auteurs tentent de comprendre quelle est l'origine de la défiance française envers le marché, en posant comme prémisse que l'explication culturaliste est historiquement fausse et que, de surcroit, les explications culturalistes n'expliquent en fait jamais rien.
L'ouvrage est structuré en trois parties, courtes mais efficaces. D'abord, les auteurs tentent de vérifier si les assertions anti libérales décrivent une réalité objective. Par exemple l'idée très couramment reprise que les investisseurs financiers privilégient le court terme est passée au crible des statistiques. Et on s'aperçoit qu'elle est d'un point de vue statistique objectivement fausse. De nombreuses autres affirmations péremptoires sont ainsi réfutées par l'étude des chiffres. Ensuite, une histoire du capitalisme français s'attaque au mythe culturaliste des "français viscéralement anti libéraux et colbertistes". On y apprend que la France n'est un pays dirigiste que depuis la Seconde Guerre Mondiale, que la France précédente était un pays libéral où la Bourse était très active et où l'Etat n'intervenait que très peu dans l'économie. Il n'y guère que pour les règles sur la concurrence, inexistantes, que la France des Années Folles sort de l'orthodoxie libérale : les cartels sont forts en France, ils sont même encouragés par l'Etat. Après guerre les nécessités de la reconstruction et de la modernisation amènent dans l'économie un Etat qui n'en sortira plus, même quand reconstruction et modernisation seront terminées. Enfin, dans la troisième partie, les auteurs montrent que, confrontés à l'inefficacite d'un modèle d'économie mixte qui n'était plus adapté à l'époque, Pierre Bérégovoy a tenté de libéraliser le capitalisme français, et y est parvenu en partie, mais sa réforme inachevé crée une situation névrotique dans laquelle les entreprises se financent en Bourse alors que les français détiennent peu d'actions (d'où l'intervention des fonds étrangers), les chefs des grandes entreprises sont d'anciens hauts fonctionnaires, la concurrence sur le marché des biens est très inférieure à ce qu'elle est dans des pays comparables, un marché du travail rigide produit, à contre-emploi, un chômage massif.
Ce petit ouvrage est de facture très rigoureuse, extrèmement référencé, il ne peut qu'intéresser l'honnête homme.
Le grand méchant marché, Augustin Landier et David Thesmar

mercredi 9 avril 2008

Bourdieu avant l'heure


"L'individu se voit interdire, au nom de la liberté d'autrui, de s'opposer à quoi que ce soit, ou presque...Personne n'est aussi détesté que celui qui se permet de "faire des comparaisons" ou des réserves"
"Le journaliste utilise ces topiques pour suggérer que votre opinion et votre attitude valent bien celles de n'importe qui ; mieux encore, si vous partagez cette opinion avec quelques millions de gens, elle n'en est que plus vraie et les minoritaires sont des empêcheurs de danser et de croire en rond"
"Toutes ces attitudes sont évidemment liées au culte de la jeunessse : si nouveauté est synonyme d'excellence, les jeunes ont évidemment tous les atouts de leur côté"
"La "personalisation" de l'information a pour corrolaire une simplification constante et forcenée de l'écriture"
"Il suffit de se "tenir au courant",..., non pas pour s'interroger sur la signification politique de l'événement, mais tout simplement parce que "c'est arrivé""
Je pourrais continuer sur plusieurs pages.
Ces phrases, qu'on diraient sorties d'un newsmag récent, ont été écrites en 1957.
Dans "La culture du pauvre", Richard Hoggart, universitaire anglais d'origine populaire lui-même, s'interroge sur la transformation de la culture des classes populaires sous l'effet des médias de masse. Il fait partie de ces livres dont on a vu tant de résumés et de fiches de lecture qu'on a l'impression de les avoir déjà lus. Et pourtant quand on les lit on découvre une richesse dont aucune fiche de lecture ne peut rendre compte.
Construit en deux parties ce livre est d'une profondeur saisissante.
Dans la première partie il décrit très longuement (de manière quasi ethnologique) ce qu'était la culture populaire en Angleterre avant les transformations des années 50. Décrivant les modes de vie, la distinction entre "nous" et "eux", les fonctions de la mêre de famille, du pêre, du quartier entre autres, il convie le lecteur à une plongée dans un monde aussi étranger qu'une terre étrangère. On remarque avec étonnement que, non seulement la culture populaire anglaise n'est pas très différente de la française, mais aussi que les expressions idiomatiques qui y ont court (traduites pourtant en 1970) survivent encore dans les milieux populaires, faisant ainsi montre d'une belle résilience.
Dans la seconde partie il montre comment les classes populaires s'acculturent aux nouvelles normes véhiculées par les médias de masse. Il démontre de manière très intéressante comment les nouvelles valeurs sont intégrées si elles peuvent d'abord passer pour de nouvelles modalités des anciennes. Ainsi l'attachement au groupe devient conformisme, la tolérance, complaisance, le goût de la distraction, demande de nouveauté.
Les phrases que j'ai citées au début viennent de la seconde partie et s'appliquaient alors aux classes populaires. Seulement, Hoggart prenait soin de dire que les médias de masse touchaient toutes les classes et pas seulement les populaires, même si celles-ci étaient influencées plus vite et plus profondément par ceux-ci car elles ne disposaient pas du bagage culturel qui permettrait un certain recul et une mise à distance. Le fait que ces phrases puissent s'appliquer à la quasi totalité de la population aujourd'hui est un élément qui nous permet de dire que l'acculturation est complète et que toutes les classes sont entrées dans le salmigondis de la culture de masse. Voila où est l'ennemi.
La culture du pauvre, Richard Hoggart

mardi 8 avril 2008

Une belle plume


Voila ce qu'aurait écrit Robert E. Howard dans un épisode de Conan : "La route partait vers l'est vers Léonitra", voici ce qu'écrit Merjagnan : "Quant à la route, elle n'a pas l'audace d'affronter le massif. Elle préfère bifurquer vers le sud, à moins d'un lancer de galet des murailles. Elle sillonne plus loin entre deux montagnes qui se tournent le dos. Après avoir fait ses adieux à la vallée de Samarante, elle vadrouille le long d'une faille sinueuse, celle qu'on appelle la Méandre. Là, elle passe quatre à cinq jours de marche à ruser avec un précipice haut de neuf mille mètres avant de se lasser et de couper brusquement en ligne droite à travers le désert. C'est seulement au terme d'un périple de huit cent kilomètres qu'elle atteint Léonitra".
"Les tours de Samarante", premier roman de Norbert Merjagnan, est une indéniable réussite stylistique.
Sur une trame scénaristique très classique, l'auteur pose une plume de grande qualité. Les descriptions, très visuelles, invoquent à l'esprit des images de BD. On peut littéralement voir la ville de Samarante, ceinturée de déserts. On peut voir son architecture baroque et sa population polymorphe. On pense à "Dune" entre autres.
J'attends maintenant avec impatience un roman plus ambitieux où ce talent pourra se déployer pleinement.
Les tours de Samarante, Norbert Merjagnan

Les critiques de SCEL

La critique d'Efelle

La critique d'El JC

lundi 7 avril 2008

Brian Mayrcury raises back


Encore de la musique. Décidément ! Je vais devoir renommer ce blog "Quoi de neuf sur ma playlist".
Le concert à Wembley de Muse est sorti récemment dans un élégant coffret contenant un CD, un DVD, des photos, et un livret. Il est gigantesque.
La musique de Muse étant très éclectique tout ne me fait pas monter au rideau, mais l'ensemble est de grande qualité. Le show évoque immanquablement le Queen de la grande époque (même la couleur rouge attachée au chanteur Matthew Bellamy rappelle les tenues rouges de Freddy Mercury). La voix a les mêmes accents symphoniques, avec une tessiture impressionnante. Et il tient en plus le rôle de guitar hero qui était celui de Brian May; se permettant même de transporter un riff du piano à la guitare dans l'extrait ci-dessous et de réaliser des solos monumentaux.
Musicalement c'est excellent, visuellement c'est superbe. L'image est désaturée puis certains items sont recolorisés ce qui crée l'illusion de points de couleurs dans une ambiance grise. Je n'avais jamais vu ce genre de traitement et c'et magnifique. C'est là qu'on se rappelle que Queen a vingt ans.
PS : Concert tourné en HD et piste DTS excellente.



Haarp, Muse

dimanche 6 avril 2008

Rock et culture


Un mot bref.
J'ai parlé il y a peu de l'excellent groupe hollandais Mecano qui, tel le Phenix, renaquit récemment de ses cendres. Je viens de recevoir leur nouvel album "Those revolutionary days", commandé sur Internet (je ne crois pas qu'il soit distribué en France), accompagné d'un mot manuscrit très aimable de Dirk Polak (j'apprécie l'attention à sa juste valeur).
On a toujours une petite crainte lorsqu'on achète de le nouvel album d'un groupe qui n'en a pas fait depuis des années. Quid novi sub sole ? Redite fatiguée ou pas ? Verdict : l'album est absolument excellent, peut-être meilleur que les productions plus anciennes car plus mature. Ce que Mecano a un peu perdu en énergie il l'a gagné en profondeur. La musique est moins rock, plus symphonique ; la voix de Dirk Polak est toujours grave et profonde mais il a acquis une lenteur bouddhiste dans l'élocution (il évoque parfois le Léonard Cohen de "I'm your man") du meilleur aloi ; les textes sont toujours poétiques et engagés et c'est ce qui fait la différence : Mecano sort des LP de poésie illustrée en musique comme d'autres publient des recueils de poésie illustrée.
Je conseille vivement la commande (album : 20 € + port, plaisir qu'on prend lorsqu'on vous dit : "toi tu aimes Mecano !?! (sous-entendu l'espagnol)" et que c'est l'occasion de faire un peu d'histoire du la musique indé : ça n'a pas de prix).
Those revolutionary days, Mecano

PS : On peut écouter le LP en lisant Serpentine, ça se marie à merveille.

samedi 5 avril 2008

Ophidienne


Grand choc personnel que la lecture de "Serpentine". Ce recueil de nouvelles fantastique est le livre que j'ai tenté d'écrire à plusieurs reprises sans y parvenir.
Dans cette réédition d'un recueil paru en 2004 chez la défunte Oxymore, Mélanie Fazi, jeune traductrice littéraire, réunit quelques perles, rares et belles, de celles qu'on place autour des camées, camée qui orne la superbe couverture. L'esthétique est gothique, au sens le plus parfait du terme.
Ceci dit, qu'y a-t-il sous cette couverture ? Une collection de nouvelles exquises. Elles sont émouvantes et fines, les personnages y sont développés avec justesse et délicatesse (Mélanie Fazi parvient même à faire d'une maison de famille un personnage à part entière), le fantastique intervient comme une simple anomalie en vision périphérique. Toutes sont bonnes, certaines sont excellentes. Dans celles-ci (Nous reprendre à la route (on dirait le titre d'une chanson de Dolly, pour les connaisseurs), Rêves de cendre, Matilda) Mélanie Fazi décrit parfaitement l'adolescence et ses troubles, et la culture rock de la jeune femme explose dans des ambiances qui, loin d'être de simples poses, apportent un fond crédible au récit (c'est vraiment le livre que j'ai plusieurs essayé d'écrire avant de l'abandonner, dépité). Serpentine et Petit théâtre de rame sont très urbaines et, de nouveau, j'ai été étonné par la justesse de l'observation. Mélanie Fazi a un oeil qui sait voir. Puis d'autres encore, plus classiques mais plaisantes à lire aussi (il n'y a étrangement qu'Elegie qui m'ait laissé de marbre mais je n'ai pas le privilège d'être une maman, ceci explique peut-être cela).
Serpentine est beau (je ne galvaude pas le mot, c'est beau comme ce beau dont les grecs pensait qu'il ne pouvait qu'abriter le bon), Serpentine est juste, vous devez acheter Serpentine sinon vous resterez pour toujours des béotiens. Du coup moi je vais aller acheter "Notre Dame des Ecailles", son second receuil.
Serpentine, Mélanie Fazi

L'avis d'Efelle

L'avis de Tigger Lilly

L'avis d'El Jc