dimanche 6 avril 2008

Rock et culture


Un mot bref.
J'ai parlé il y a peu de l'excellent groupe hollandais Mecano qui, tel le Phenix, renaquit récemment de ses cendres. Je viens de recevoir leur nouvel album "Those revolutionary days", commandé sur Internet (je ne crois pas qu'il soit distribué en France), accompagné d'un mot manuscrit très aimable de Dirk Polak (j'apprécie l'attention à sa juste valeur).
On a toujours une petite crainte lorsqu'on achète de le nouvel album d'un groupe qui n'en a pas fait depuis des années. Quid novi sub sole ? Redite fatiguée ou pas ? Verdict : l'album est absolument excellent, peut-être meilleur que les productions plus anciennes car plus mature. Ce que Mecano a un peu perdu en énergie il l'a gagné en profondeur. La musique est moins rock, plus symphonique ; la voix de Dirk Polak est toujours grave et profonde mais il a acquis une lenteur bouddhiste dans l'élocution (il évoque parfois le Léonard Cohen de "I'm your man") du meilleur aloi ; les textes sont toujours poétiques et engagés et c'est ce qui fait la différence : Mecano sort des LP de poésie illustrée en musique comme d'autres publient des recueils de poésie illustrée.
Je conseille vivement la commande (album : 20 € + port, plaisir qu'on prend lorsqu'on vous dit : "toi tu aimes Mecano !?! (sous-entendu l'espagnol)" et que c'est l'occasion de faire un peu d'histoire du la musique indé : ça n'a pas de prix).
Those revolutionary days, Mecano

PS : On peut écouter le LP en lisant Serpentine, ça se marie à merveille.

Aucun commentaire: